Cérémonie de graduation : Ce péché préféré des responsables d’institution du niveau préscolaire !

Depuis 2014, le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle a formellement interdit l’organisation de cérémonies de graduation pour les classes de préscolaire. Pourtant, les responsables de ces institutions continuent à réclamer des parents des sommes exorbitantes pour des « fêtes de fin d’année » en tout point similaires aux cérémonies de graduation.

La graduation est cette solennité officielle ayant pour but d’ennoblir ceux et celles qui se vouent à une profession, aux  études. Un diplôme ou un certificat est décerné lors de cette commémoration et fait la fierté du récipiendaire et son entourage. Ce rituel est important pour le récipiendaire qui s’apprête à franchir une nouvelle étape dans sa vie. Face aux nombreuses dérives dans l’organisation de cet événement, le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle a, dans sa sagesse, interdit formellement la tenue de ces cérémonies pour le niveau préscolaire.

Aujourd’hui, dans plusieurs institutions scolaires, les responsables passent outre l’interdiction du ministère de l’éducation. Ils exploitent à outrance les parents et semblent  oublier leur devoir d’éduquer, d’instruire bref de faire à ce que l’enfant dont ils ont la charge intègre les normes de la société. Comment ne pas remettre en question la capacité de ces responsables à transmettre les valeurs de la société quand ils ne prêchent pas par l’exemple ? L’éducation n’est-elle pas ce qui élève une nation et garantit un lendemain meilleur? Le comportement de ces responsables sème le doute sur la réalisation de l’instruction civique au sein de leur institution et attise la colère des parents.

Des parents qui ont requis l’anonymat pour éviter les représailles de ces dirigeants, n’ont pas manqué de partager avec la rédaction leur indignation. Tous leurs discours convergeaient vers une critique de ceux à qui ils ont confié l’instruction primaire de leur progéniture ! D’après leur lecture, ces derniers n’ont pas conscience de la cherté de la vie et réclament des  sommes faramineuses pour la réalisation de fête de fin d’année à des ménages qui éprouvent tant de mal à joindre les deux bouts.

Le Ministère de l’Education Nationale a mis un tigre de papier en plus dans le cadre normatif haïtien et n’a pris aucune mesure coercitive pour mettre fin à cette pratique. Entre temps, doucement mais surement, l’année scolaire tire vers sa fin et les parents devront, malgré eux, passer à la caisse.

Malissa LANOUX

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.