Info ou Intox? Ayez le réflexe TOMA!

Nous vivons à l’ère du numérique! Grâce à la révolution 2.0, nous avons de nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) qui facilitent la diffusion des messages. Tout en nous simplifiant la vie, ces outils nous exposent d’avantage à des informations erronées souvent diffusées à des fins manipulatrices! Pour arriver à démêler le vrai du faux, le Réseau  des Blogueurs d’Haïti (RBH), a mis à la disposition du public haïtien : TOMA, un robot journaliste.

Avec les réseaux sociaux, chaque citoyen a la capacité de diffuser de l’information. La délimitation entre média et individu n’est plus évidente. Il devient donc nécessaire de mettre à jour les balises mises en place pour éviter toute manipulation de l’opinion publique par les médias traditionnels. Le citoyen qui reçoit les informations doit lui aussi avoir à sa disposition un outil lui permettant de vérifier leur authenticité. Grâce à TOMA cela est possible en un temps record : moins de six secondes.

Logo du RBH

Depuis 2018, le Réseau des Blogueurs d’Haïti a doté les internautes d’un outil leur permettant de confirmer ou infirmer les informations relatives à la première République nègre.  Développé par la Commission Recherche et Développement TOMA est un Fact Checker. Wilney Taris ne s’est pas fait prier pour revenir sur le contexte de sa création, « TOMA a pris source d’un constat que nous avons fait, lors du passage du Cyclone Mathieu en Haïti, particulièrement dans les départements du Sud et de la Grand’Anse. Nous avons remarqué que des gens malintentionnées publiaient des images qui n’avaient rien à voir avec la catastrophe. Pour y remédier nous avons créé une page Facebook avec pour mission de vérifier et confirmer les informations diffusées sur le web grâce à un réseau de ressources sur place. Cet expérience nous a mis devant l’évidente nécessité de mettre en place un outillage beaucoup plus structuré pour combattre les fake news en Haïti» nous a confié le communicateur social.

En Haïti, le phénomène des informations fallacieuses diffusées sur internet, prenait de jour en jour beaucoup plus d’ampleur! Pour le combattre, TOMA a vu le jour! Cet outil allie les capacités d’une intelligence artificielle, un robot, et des ressources humaines. « L’intelligence artificielle fonctionne de la manière suivante. A chaque visite sur le site: www.toma.ht, l’internaute trouve une fenêtre où il lui est demandé de copier le lien de n’importe quelle information en français trouvée sur le net et relative à Haïti. Après analyse, TOMA se chargera de divulguer son degré de fiabilité » explique le blogueur originaire du Département du Nord.

Le robot en fonction des données mises à sa disposition analyse le contenu des articles publiés sur le réseau informatif mondial (portée géographique, émotions, jugement, conditionnalité, subjectivité, etc.) et propose un degré fiabilité. Mais, ce n’est pas tout! La communauté humaine créée sur TOMA par des citoyens lambda et des journalistes chevronnés prend ensuite le relais.

 « Après son inscription le citoyen qui est sur le terrain, aura le statut de validateur. Il pourra signaler des informations partagées sur TOMA comme vraies ou fausses. Après le marquage des informations, des super validateurs, les journalistes, auront à vérifier leur authenticité et les  classer dans la catégorie d’informations vérifiées ou de fake news» élucide celui qui, par le biais de son blog, partage sa vision de la réalité haïtienne.

Les initiateurs de TOMA comptent mettre en place un « chat board » qui sera au service des utilisateurs pour vérifier des informations diffusées dans des discussions sur WhatsApp par exemple. Malgré l’absence de lien, TOMA pourra les confirmer ou infirmer.

Plus besoin de se casser la tête, avant de partager une information, soyez aussi sceptique que « Saint Thomas », demandez à TOMA d’analyser son exactitude!

Stevens JEAN FRANCOIS

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.