UNE SOIRÉE EN L’HONNEUR DES PÈRES!

À l’occasion de la fête des pères, Le Villate, ce samedi 29 juin 2019 a accueilli un événement exceptionnel! Le chanteur Makensonn Brutus et d’autres artistes ont offert au public un spectacle avec un menu alléchant fait d’interprétation de chansons francophones.

Vu le caractère particulier de ce fait important, juste avant de pénétrer la grande salle décorée noire et or pour le déroulement du spectacle, on pouvait se procurer un cadeau. Soit une trousse ou un nœud papillon de spectraa couture.


Makensonn Brutus fait son entrée sur scène, tout de noir vêtu, sa photo peint  en or sur sa chemise. Après les salutations et un signe aux musiciens, il lance la machine à remonter le temps! Et, c’est parti pour deux heures de show.Du  music-hall à l’ancienne, avec des orchestrations dignes des années 70, 80 et même 2000 des chansons à succès d’artistes tels Patricia Kaas, Édith Piaff , Francis Cabrel, Charles Aznavour sont interprétées pour le délice du public.

Tous vêtus de noir les artistes défilent sur scène et charment le public déjà conquis! Erlie dans « non je ne regrette rien » , « la maison est en ruine » avec la voix de Gethce Pierre, Magdaline Mityle avec la chanson « petite Marie »  ou « Rouge » avec la voix de Flore, il est difficile d’identifier correctement la chanson la plus appréciée par le public.

C’était aussi l’occasion de découvrir un nouveau talent à travers la chanson « partout je te vois« ! Rose Laure Joseph c’est montrée à la hauteur. Gardyn Mercier a quant à elle chanté « la vie en rose » qui a succédé « mon mec à moi ».  La danseuse Erline Ericka s’est montrée sur cette chanson pour charmer encore plus le public avec sa chorégraphie.

Un spectacle d’une incroyable modernité, avec 5 musiciens et 7 chanteurs . Un percussionniste, un guitariste, un pianiste, un batteur, un bassiste  tous d’une virtuosité sans égale, si ce n’est leur bonne humeur. Emporté par des arrangement très swing , Makensonn Brutus pose sa voix si reconnaissable sur ces anciennes chanson: le temps des cathédrales,emmenez moi,plus je pense à toi,sos  d’un terrien en détresse et  petite soeur. Des chansons qui ont marqué le temps, qu’il a chanté avec une incroyable force intérieur, doublé d’une volonté de fer et de bien faire.


Un tonnerre d’applaudissement  des spectateurs a marqué leur appréciation de Magdaline Mityl avec la chanson « ça pleure aussi un homme« . Rose Laure  Joseph a repris  » un père  » faisant place à Gethce pierre « papa« . Puis « j’ai besoin d’un ami », les voix féminines  en coeur ont fait vibrer la salle. « Tu me manques » était la 17em chanson pour marquer la fin de ce spectacle. Un seul mot d’ordre dans la file des spectateurs qui voulaient, avec le « sourire au coeur », s’approcher de Makensonn Brutus pour lui glisser des mots de félicitations.

Christella FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.