Un Système politique et une Jeunesse : Tout-unis ou Tout aux nus !

Cliffton SYLVAIN

Il y a environs trois (3) ans de cela j’ai eu à dire «… la gérontocratie haitienne a pour base ces jeunes téméraires, de jeunes leaders placés sur l’échiquier de l’échec de la vie afin que le Roi/la Reine puisse survivre. Donc, ils ne sont que la reproduction du système…» ( Dialogue de deux Compatriotes).

Ils sont nombreux et on est beaucoup à vouloir qu’un changement soit effectué dans notre systeme politique; Et tout le monde est du même avis qu’il est basé sur une parfaite triangulation: L’impunité, L’injustice dont la Corruption est le sommet. Nous en avons une Jeunesse très motivée et même Super-motivée contre un système dont le trait dominant d’une telle motivation c’est de se relever plus haut pour se créer une place, laquelle, en grande majorité, se fait dèsfois en parfaite inadéquation de sa conviction antérieure.

Aujourd’hui, on denonce la Corruption mais plus tard on en serve pour conserver ou fortifier notre position privilègiée ou notre pouvoir. Oh bien sùr, c’est de la politique !
On dénonce amèrement des corrompus/ corrupteurs et pourtant dans des émissions on mange de la PIZZA avec eux car ils sont nos ami-e-s, nos patrons, nos dirigeants, nos élus. Oh bien sùr, c’est HAITI!
En effet, on est dans un pays difficile et très compliqué en même temps où toute idée ou intention de prétendre au changement est toujours appuyée dans l’euphorie par la population et supportée par le bras de la Jeunesse dont sa force est proportionnelle à sa faiblesse. D’où l’opération +1-1=0 , resultat d’un probable échec de ma génération. Sur ce, je tiens à exprimer mes réserves sur le fameux discours qui charme « changer le système». Et, si on se refère à notre histoire, on peut comprendre que nous n’avions jamais été pacifique pour notre destin.
La liberation de l’esclavage, contre l’oppresseur n’a jamais été pacifique. Aujourd’hui, encore, nous sommes opprimés mais l’oppresseur est celui, qui, est en haut de l’echelle politique, économique, lequel vous fleurtez et surfez dans une symbiose parfaite d’entente. Il est d’une évidence claire que de conviction, nous la jeunesse, nous soyons bancals munis d’une impatience du ral-le-bol de la souffrance, de la misère. Et, un bon nombre d’entre-nous, à tout prix, veulent gravir l’echelle du succès, de la reussite tout en mettant l’accent sur le capital économique dans le sens Bourdieusien du terme.

Toute de même, pour être franc, nous ne serons jamais aussi agreablement surpris du resultat car nous y avons été préparés.

« Tout vient à point à qui sait attendre »

Cliffton SYLVAIN
cliffton.syl@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.