LES CONCOURS DE BEAUTÉ : VALORISATION OU OBJETISATION DES FEMMES ?

Crédit Photo : thegreatpageantcommunauty.com

Si miss videomax ou encore miss Anayiz ne sont plus là pour élire les reines de beauté d’Haïti, ce n’est pas le cas de « miss Haiti » le concours de beauté le plus connu en ce moment. Polémique ou pas sur la question de nationalité d’une de ses postulantes, il poursuit son aventure en étant déjà cette année à sa septième édition. Toutefois n’est-il pas juste de questionner la vraie portée et le but principal de ces concours ?

Les concours de beauté ne datent pas d’hier. Selon la petite histoire, dans la Grèce antique il y avait ces genres de concours organisés séparément pour des hommes et des femmes qui furent en domesticité, où les futurs (es) vainqueurs (es) devraient remplir des conditions bien précises. Pour les femmes, avoir de la vertu et des compétences domestiques étaient la base. Pour les hommes il fallait être physiquement forts et performants.
Puis apparaissent ceux de notre ère organisés d’abord en 1920 par la France. Peu de temps après d’autres pays occidentaux ont pris le relais.

Un concours de beauté est une compétition à laquelle les participantes ou plus rarement les participants doivent répondre à certains critères esthétiques pour remporter un prix. Etant donné que cela devient de plus en plus une affaire de femmes d’où la raison de les consacrer une plus large audience.

Ce n’est que jusqu’à la moitié du XIX siècle que les concours de beauté prendront vraiment un essor considérable avec la création des deux plus prestigieux concours en la matière. Miss Monde créé en 1951 en Angleterre et Miss Univers, l’année suivante aux États-Unis avec l’objectif commun qu’est de sacrer les femmes les plus belles, talentueuses et intelligentes aux yeux du monde entier. Car en général, les principales gagnantes sont respectivement trois jeunes femmes dont la Miss suivies de ses deux dauphines.

Compte tenu de l’appui immédiat des sponsors de grandes marques, d’impressionnants défilés avec des jolies robes de soirées et des maillots de bain qui sont généralement retransmis à la télé, ces deux concours n’ont pas tardé à devenir de grands succès, et ce d’année en année.
En ce qui a trait aux critères de participation, il y a peu de différence puisque tous deux font presque les mêmes exigences aux candidates à savoir :
-Être âgée de 17 à 27 ans pour Miss Monde et 18 à 27 ans pour Miss Univers.
-Mesurer au moins 172 cm de taille pour les participantes de Miss Monde toutefois Miss Univers se montre plus discret concernant la taille des candidates, mais vue les silhouettes qui ont été élues lauréates ces dernières années, on se demande si sa diplomatie n’est pas méritée d’être étudiée.
-Être célibataire et n’avoir pas d’enfants.
-Être capable de s’exprimer dans une autre langue que la langue maternelle.
-Être exempte de casier judiciaire, de photos et de vidéos compromettantes etc.

Que ce soit en Haiti ou ailleurs, les concours de beauté continuent encore de faire rêver et susciter l’admiration chez plus d’un, particulièrement chez les jeunes femmes. Car, mis à part certains critères et les contenus qui souvent ne rendent pas service à la gent féminine, indéniablement c’est aussi un espace de visibilité sur des éventuels talents des postulantes et de possibilités de débuter ou faire carrière dans le monde du showbiz. À l’instar de Halle Berry et de Priyanka Chopra ces deux vedettes du cinéma tirées de la longue liste des célébrités ayant participé au concours de Miss Monde dont celle-là fut ancienne finaliste et celle-ci l’ancienne gagnante dudit concours. Sans compter autres avantages intéressants offerts surtout aux victorieuses.

Chez nous, quelques jeunes essaient d’apporter du sang neuf dans ce domaine comme c’est le cas avec un concours comme « Créo’laH » qui part déjà à la conquête d’une troisième modèle ou ambassadrice de la femme haïtienne. Tout en gardant la même méthode axée plus sur l’aspect intellectuel des participantes et avoir des cheveux au naturel (non défrisés). Et « Miss Angélique » qui à sa toute première édition lancée fait déjà sensation avec son slogan phare. Tout comme Créo’laH le côté physique ou (esthétique) des postulantes importe peu pour le Staff de Rayon et de Fierté Nationale de la jeunesse (Rafinaj) mais le côté intellect, si. C’est ainsi qu’il définit sa propre nuance philosophique en vue de ramener une Miss Angélique sur terre. Ces deux concours se veulent d’ores et déjà considérés comme des vigiles de la pudicité des jeunes filles haitiennes.
Par ailleurs, les organisateurs du concours « Miss Haiti » ont donné rendez-vous ce jeudi 18 juillet 2019 pour la grande finale qui aura lieu à l’hôtel El Rancho (Petion-Ville).

En depit de tous ces palliatifs la vraie question demeure: à quand un vrai concours de beauté qui mettra véritablement en valeur la beauté et l’intelligence de toutes les femmes indistinctement ?
Pour bien comprendre ce paradoxe, la plupart du temps, ces compétitions regroupent que des filles qui présentent les mêmes caractéristiques physiques et souvent avec la même morphologie dont celle d’un mannequin professionnel. Et ce qui intrigue le plus, certaines candidates se font corriger même leur apparence extérieur grâce à la chirurgie esthétique car elles veulent à tout prix correspondre aux canons de beauté imposés par l’industrie du concours. Alors celles qui ne le sont pas peuvent à tout moment être la cible de pas mal de moqueries. A titre d’exemple le fameux appellatif qui aurait été attribué par l’actuel président américain à « Alicia Machado » une ex Miss Univers selon les dires de cette dernière. À l’epoque M. Trump était le Patron dudit concours.

Comme dirait Mourad Boukhelifa « la beauté est relative  » donc elle ne résume ni au stéréotype d’un concours quelconque encore moins à des critères qui stigmatisent et objetisent les femmes davantage.

Optons pour de véritables concours qui seront vraiment dignes de leurs noms en donnant l’opportunité à toutes les femmes d’y participer qu’elle que soit leur physionomie, minces ou rondes, mélanisées, albinos, blanches ou brunes, haute ou de petite taille etc. Ne serait-ce que pour le respect de la dignité de l’être.

Viola PIERRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.