Avec STOP Accidents, ils ont marché contre l’insécurité routière!

Sous le leadership de STOP Accidents des citoyens ont parcouru la route Sud de Fontamara 27 à Diquini, le dimanche 4 août 2019. Pour ce premier anniversaire de la disparition tragique de Wingie Charles, diverses personnalités ont défilé dans les rues pour exiger de tous les acteurs un comportement responsable pour mettre fin au long cycle d’insécurité routière.

Rassemblés à Fontamara 27, les participants à la marche discutent entre eux et attendent le signal de départ des responsables de Services Techniques et Opérationnels pour Pallier aux Accidents (STOP Accidents). L’attente n’a pas été longue. Quelques minutes après 9 heures, Wilney Taris, membre de l’institution, salue le public et fait la mise en contexte du rassemblement. «Aujourd’hui nous sommes là non seulement en mémoire de cette jeune demoiselle qui, lors de son stage, a constaté que beaucoup de personnes admises dans les salles d’urgence étaient victimes d’accidents et a voulu adopter une approche scientifique pour mieux comprendre le phénomène. Malheureusement alors qu’elle allait présenter son mémoire elle a perdu la vie dans un accident. Nous sommes ici rassemblés en la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu leur vie dans des accidents de la route et pour inviter tous ceux qui sont impliqués dans la circulation : l’Etat, les autorités policières, les chauffeurs, les motocyclistes et les piétons à prendre leurs responsabilités pour que moins de personnes perdent la vie dans des accidents dans le pays» a expliqué le jeune communicateur social.

Sans faire de façons ni se faire prier, les personnes ayant fait le déplacement se sont mis en route. Le groupement a pris la direction de Diquini. Composé en majeurs partie de jeunes, encadré par les agents de la PNH et des scouts et entrainé par la chanson Teke fren w de BIC le cortège a pris le chemin prévu en bravant les ardeurs du soleil. Conscients que la cause était la leur et non pas celle de STOP Accidents, ils ont marché et se sont donné à cœur joie.

Après une minute de silence sur les lieux où, un an plus tôt, Wingie avait perdu la vie, le Ministre de la Jeunesse des Sports et de l’Action Civique, Monsieur Charles Edwing a remis un des T-shirts conçus pour l’événement au père de la défunte qui a aussi foulé le macadam.

Sur tout le parcours en plus de la chanson de BIC, Wilney Taris lance des messages de sensibilisation. Tous ceux qui empruntent la voie publique sont invités à agir en acteur responsable car les accidents de la route sont bien réels. Comme pour le prouver, non loin du « Marché Poisson » de Fontamara, la chaussée a perdu sa couleur habituelle. Des flaques de sang qui ont séché sont la cause de ce changement. Deux personnes sont décédées à cet endroit quelques heures plus tôt dans un accident de motocyclette. Comme l’a si bien dit BIC dans sa chanson, ces personnes font partie de  «sa ki soti ki pa antre. Se pa sa yo te deside men se yon aksidan ki rive»  (ceux qui ont laissé leur demeure mais qui n’y reviendront pas. Ils n’ont pas pris cette décision, un accident est survenu).  Plus sensibilisé que jamais le groupe a poursuivi son chemin. De ceux qui sont venu le grossir, l’artiste engagé Jean Jean Roosevelt n’est pas passé inaperçu. Sa présence a été vivement appréciée. Il a accompagné le groupe jusqu’à l’auditorium de l’Université Adventiste de Diquini où devait se tenir une cérémonie d’hommage.

Dans leurs interventions, le père de la défunte Monsieur Winchel Charles, l’homme d’affaires et politicien socialement impliqué Eric Jean Baptiste, le Ministre de la Jeunesse des Sports et de l’Action Civique Monsieur Edwing Charles et Exalus Jeanty Fils de STOP Accidents ont tous insisté sur les conséquences des accidents sur la vie de la population et la nécessité pour tous les acteurs de s’élever à la hauteur de leurs responsabilités. Pour couronner de succès l’activité, les agents de l’EDUPOL, les scouts, les jeunes du service Action Civique de la MJSAC, bref toute l’assistance a pu savourer une prestation tout à fait spécial de Jean Jean Roosevelt.

Les accidents de la route continuent de semer le deuil dans la société haïtienne. Dans la matinée du 4 août 2019, journée de la marche, onze personnes sont passées de vie à trépas suite à un accident survenu dans la localité de Fon Dewon, à Duchity dans le département de la Grand’Anse. Loin de baisser les bras, l’institution STOP Accidents étant informé que les accidents peuvent être évités travaille chaque jour pour les pallier.

Stevens JEAN FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.