Le poumon de la planète est en feu! Pourtant, ça passe pour une banalité!

CP: Compte Twitter du Président Emmanuel Macron

Depuis le début du mois de Juillet, l’Amazonie, connue comme la plus grande forêt tropicale du monde pour sa biodiversité, est frappée par de violents incendies. Et depuis environ 17 jours, la faune, la flore tout est en train de partir en feu. Malgré la signature de L’Accord de Paris visant à lutter contre le changement climatique et à promouvoir certaines actions pour le développement durable, ce grand désastre passe sous le silence de la majorité des défenseurs de l’écologie.

L’Amazonie, considérée comme le poumon du  monde est en feu depuis environ 17 jours. Malgré les tentatives des pompiers pour ralentir sa progression, le feu continue à tout dévorer sur son passage. À cause du nuage de fumée, certaines régions se retrouvent dans le noir en alors que le soleil brille. Un phénomène qui devrait inquiéter le monde par rapport à sa représentation pour le climat.

L’Amazonie, le sanctuaire de la biodiversité

La Forêt amazonienne est donc ce qu’on pourrait appeler un puits de Carbonne de part son importance pour lutter contre le dérèglement climatique. Elle capte 10% du CO2 mondial. Elle libère de l’oxygène indispensable à la vie sur terre. Ainsi, quand un puits de Carbonne part en feu, il relâche les quantités emmagasinées, ce qui augmente la quantité de gaz carbonique dans l’atmosphère et accentue le dérèglement climatique. En outre, selon les chiffres, la forêt contient plus de la moitié des espèces animales et végétales terrestres soit 30.000 espèces de plantes, 1500 d’oiseaux, 500 mammifères différents, 550 sortes de reptiles et 2.5 millions d’insectes. Elle est donc le véritable sanctuaire de la biodiversité.

Crédit Photo: Le Parisien

Par ailleurs, malgré l’importance de cette forêt pour le monde, selon  l’Institut national de recherche spatiale (INPE), 72.843 incendies y ont été déjà répertoriées  depuis le début de l’année. Ces incendies sont évalués à une hausse de 83% par rapport à la même période l’an dernier. Ainsi, la déforestation au Brésil a augmenté de 67% sur un an au cours des sept premier mois de l’année, a indiqué INPE. L’Amazonie a perdu 20%  de sa surface depuis 1970, et les prévisions misent sur une perte de 70% d’ici 2050.

L’Accord de Paris, une possibilité de sauvegarder ce patrimoine mondial

Pour lutter contre le changement climatique, lors de la COP21 à Paris, le 12 Décembre 2015, les parties de la CCNUC sont parvenues à un accord historique pour lutter contre le changement climatique et pour accélérer et intensifier les actions et les investissements nécessaires à un développement durable et à un avenir à faible intensité de Carbonne. Cet accord a été ouvert à la signature le 22 Avril 2016, journée consacrée à la Terre, au siège des Nations Unies à New York. Il est entré en vigueur le 4 Novembre 2016, soit 30 jours après que 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales ont signé l’accord.  

L’objectif central de l’Accord de Paris est de renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l’augmentation de la température mondiale à un niveau bien inferieur à 2 degrés Celsius. De plus, l’Accord vise à accroitre la capacité des pays signataires à faire face aux impacts du changement climatique.

Le Brésil, qui fait partie des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre de la planète, a signé cet accord le 12 Septembre 2016. Le président Brésilien, Michel Temer a signé à Brasilia la ratification de l’Accord, qui a obtenu le feu vert des deux chambres du Congrès. Cependant, 2 ans après, soit le 25 Octobre 2018,  le candidat à la présidence d’extrême droite, Jair Bolsonaro, avait menacé de retirer son pays du traité s’il était élu. Il avait aussi menacé de fusionner le Ministère de l’Environnement avec celui de l’Agriculture, une décision qui avait soulevé la colère des organisations Brésiliennes luttant pour la protection de l’environnement.

Par rapport à la détérioration de la situation écologique au Brésil depuis l’investiture du président Bolsonaro, 340 ONG européennes et sud-américain ont réclamé la remise en cause de l’Accord de Paris. Ces organisations ont revendiqué pour la prise en compte des mesures strictes contre la déforestation et des engagements en faveur de l’Accord de Paris sur le Climat. Des revendications qui n’ont pas encore donné des résultats.

Le 15 Avril dernier, la cathédrale Notre Dame de Paris a été ravagée par un incendie entrainant l’effondrement de sa flèche. Quelques minutes après, toute la presse internationale en parlait. Pourtant, le feu consume depuis plusieurs jours le poumon de la planète et la presse n’en parle pas trop. Ce qui est en train de se produire a pourtant de graves conséquences sur le climat mondial dans un contexte où nous vivons les consequences du réchauffement climatique.

De plus, au lendemain de ce sinistre, la population française à collecter des dons pour sa reconstruction. 3 mois plus tard, le Parlement Français a adopté le projet de Loi visant à restaurer l’édifice dans un délai de 5 ans  sous la demande du président Macron. Un geste pareil serait utile pour lutter contre la dégradation de ce sanctuaire de la biodiversité. Ce qui pourrait aider à la sauvegarde du climat mondial et de l’homme.

Widelie Carlvanie OLIBRICE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.