Insécurité : Les autorités pensent à déloger le palais de Justice de Port-au-Prince!

Crédit  Photo : http://www.haitilibre.com

Dans une note conjointe remontant au 26 octobre 2019, l’Association Nationale des Magistrats Haïtiens (ANAMAH) et l’Association Professionnelle des Magistrats avaient dénoncé les violations des droits humains en Haïti et exhorté les Magistrats à rester chez eux jusqu’à ce que leur sécurité soit garantie. Les bouleversements sociopolitiques n’aidant pas, les magistrats ne sont toujours pas parvenus à reprendre du service. Face à ce climat délétère marqué par une hausse de l’insécurité  dans la périphérie, les autorités évaluent la possibilité de transporter à Route de Frères le siège de l’édifice public où siègent les cours et tribunaux de la juridiction de Port-au-Prince.

Vraisemblablement, les  gangs armés ont acheté argent comptant, certaines régions de l’aire métropolitaine et du milieu rural haïtien. La Commission nationale de désarmement de démobilisation et de réinsertion en a recensé soixante-seize (76) disséminés dans les coins et recoins de la République. Les membres de ces groupes armés dictent leur loi et imposent aux institutions leur rythme et tarif de fonctionnement. Le Boulevard Harry Truman fait malheureusement partie de leur territoire. Depuis près d’un an, les institutions de la zone ont du mal à fonctionner normalement. Les détonations d’armes lourdes qui obligeaient les établissements à fermer leurs portes se sont de plus en plus rapprochées. Non satisfaits de rançonner certaines institutions de la place, les bandits armés se sont mis à extorquer tout objet de valeur de ceux qui « osaient » s’aventurer dans le périmètre de leurs fiefs. Ils ont causé la paralysie des activités dans la zone.

Depuis l’ouverture ratée de l’année judiciaire, à cause des mouvements sociopolitiques, les justiciables n’ont pu bénéficier des nombreux services du palais de justice de Port-au-Prince.  Malgré la fin de la plus longue série de « peyi lòk » les activités n’ont pas repris au boulevard Harry Truman. Le Palais de Justice n’a toujours pas ouvert ses portes. Des malheureux incidents survenus dans sa périphérie et même dans ses locaux peuvent justifier la léthargie de ce rouage combien important de la juridiction de Port-au-Prince.

Comme tout citoyen lambda, le personnel judiciaire n’est pas à l’abri des exactions des malfrats qui opèrent dans la périphérie. Non loin du Palais de Justice, un Substitut Commissaire du Gouvernement a été dépouillé. Les brigands ont emporté sa moto, son arme personnelle et tout ce qui avait de la valeur sur lui. Heureusement, il a été laissé sain et sauf. Quelques jours plus tard, les forbans ont poussé le bouchon encore plus loin. Ils ont violé l’espace du Palais de Justice et ont dépossédé ceux qui s’y trouvaient de tout objet ayant de la valeur à leurs yeux. Un jeune avocat, membre du Barreau de Port-au-Prince, dont le siège social se trouve dans le même espace, a dû les supplier pour qu’ils lui laissent sa moto. Depuis, avocats, personnels judiciaires, justiciables et toute autre personne fuient l’espace comme la peste. Face à une telle situation, les autorités pensent à changer les coordonnées du siège social du Palais de Justice.

Le Juge Bernard Saint-Vil  grâce au support de la Direction Départementale de l’Ouest de la Police Nationale d’Haïti (DDO-PNH) avait pu réaliser les dernières assises criminelles. Certaines audiences s’étaient prolongées très tard dans la nuit. Quelques-unes ont pris fin à deux heures du matin. Aujourd’hui, il se voit obligé avec son équipe de chercher un palliatif à la conjoncture. Les concernés ont jeté leur dévolu sur les locaux de l’Ecole de la Magistrature. Cette décision de transporter le siège du Palais de Justice de Port-au-Prince à  Route de Frères ne fait pas unanimité dans le milieu.

La Police Nationale d’Haïti (PNH) malgré ses prévisions optimistes pour l’année 2020, n’arrivera pas à disposer d’un agent pour chaque kilomètre de la République. Le territoire national échappe chaque jour un peu plus au contrôle des agents de la force de maintien d’ordre. Route de Frère semble, actuellement, paisible, à un niveau acceptable, reste à savoir combien de temps cette zone le restera.

Stevens JEAN FRANÇOIS  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.