Balance ta rage, une claque du slam contre les violences faites aux femmes

Si le hasard nous pousse à demander à un citoyen ce que signifie pour lui le 25 novembre, nul n’évoquerait sans doute la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Quoique son origine remonte en 1960 par l’assassinat des sœurs en République dominicaine, quelques décennies plus tard, l’événement n’a pas su atténuer les tortures infligées par des hommes à des millions de femmes. Devriez-vous seulement être de la gente féminine pour prendre part à ce mouvement ? Nervno Fils de Plume en a brisé les tabous. Avec Négresse Colas, ils ont balancé leur rage.

Négresse Colas et Nervno Fils de Plume : Un duo de choc

Des compétences et des techniques d’expression exprimées de manière ludiques ou animées, un partage des mots reflétant les dessous de la vie en société, une session de slam met tout à nu. Cet art oratoire se développe dans la scène haïtienne et il faut plus du papier, du stylo et d’un micro pour montrer qu’on a la côte dans ce milieu. Connu pour son style « Casquette à l’envers » et ses jeux de mots osés « Si tu dis pute, je te dispute » le slam n’a plus de secrets pour Nervno Fils de Plume. De son vrai nom Nerva Noël ce slameur né à Bel Air, du haut de ses 25 ans s’est tissé une place honorifique sur les devants du slam haïtien. Auteur de plusieurs œuvres dont : Vers balles, Ayiti poko peyi, Paroles calcinées, il s’est embarqué aujourd’hui à produire une œuvre dénonçant les violences à l’égard des femmes. Et quand la slameuse Négresse Colas aka Manoucheca Colas s’en mêle, ça donne un parfait slam intitulé : « Balance ta rage ». Dans un domaine priorisant la gente masculine, la slameuse Négresse Colas en a brisé les codes. Auteure d’un recueil titre : « Mes marques, mon histoire », la poétesse écrivaine rejoint la cohorte d’organisation et de femmes dans la lutte contre les violences faites à l’encontre des femmes.

Balance ta rage : une alerte à la violence féminine

Viols, violences conjugales, mariages et grossesse forcés, défiguration, ce sont les différentes formes de violences faites aux femmes. Certaines se rebellent, d’autres s’en accommodent. Le slam de 7 minutes et 31 secondes du slameur Nervno Fils de Plume en chœur avec Négresse Colas invite les femmes qui subissent ces genres d’abus au quotidien à briser le silence. « Ma sœur, lève-toi, balance ta rage, t’es souillée, blessée balance ta rage » constituant le refrain du slam porte les femmes battues à la rébellion, à oser dire non. C’est un refrain entrainant mais qui choque. La violence contre les femmes à de lourdes conséquences. En 2013, selon les estimations mondiales et régionales de la violence à l’encontre des femmes : 35% des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou  sexuelles de la part d’un partenaire intime. Comme le claque le slameur Nervno Fils de Plume : « Cette main qui caressait, c’est elle qui frappe aujourd’hui ». S’agissant des violences spécifiquement sexuelles de nombreuses particularités sont mis en avant dans ce slam. « Le viol ne sera pas un petit péché » dixit Négresse Colas.

Balance ta rage, slam livré le lundi 25 novembre 2019, prône une construction sociologique de la femme battue qui s’accommode et accepte cette situation de fait. Ce morceau fait ressortir en réalité la femme comme un être égal à l’homme. Restée longtemps sous l’autorité de l’homme, il existe un seuil de tolérance de la femme qui subit ses atrocités vis-à-vis de leur auteur. Si tu es une femme et  qu’on ne t’apprécie pas à ta juste valeur, si on te considère comme une chose, ma sœur, lève-toi et balance ta rage.


Stepherly Murielle PAILLANT

Juriste

Email : stepherlymuriellepaillant@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.