Port du masque obligatoire : la charrue avant les bœufs ?

Le gouvernement Joseph Jouthe a fait le port du masque de protection une obligation. Cette décision rentrera en vigueur à partir du 11 mai prochain. Toutefois, cette décision prise sans texte d’application ni mesure réelle d’accompagnement risque de donner lieu à plus de problèmes.

Dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus en Haïti, le gouvernement de Joseph Jouthe, dans un communiqué publié le samedi 2 mai 2020, a annoncé à tous les citoyens et citoyennes fréquentant les espaces publics que le port du masque de protection sera obligatoire, ce, en vue de freiner la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus.

Cette décision qui prendra effet le lundi 11 mai prochain vise, entre autres, selon le communiqué, les employés sur les lieux de travail, les chauffeurs de camions, d’autobus, de taxis, de motocyclettes (…) , les passagers de transports en commun ( routier aérien , maritime ) les citoyens et les citoyennes circulant dans les rues, sur les places publiques, dans les marchés ou tout autre lieu public, toute personne fréquentant les hôpitaux, les magasins ,les banques ainsi que d’autres institutions publiques ou privées . 

Déterminés à faire respecter cette mesure qui vise à protéger la population contre l’épidémie du coronavirus, les autorités envisagent des sanctions contre les réfractaires. «Tout contrevenant à ces mesures sont passibles de sanctions, conformément à la loi » ont annoncé les responsables sans toutefois parler de la nature des sanctions, précisant par la suite que le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT), et le ministère de la justice et de la sécurité publique seront instruits pour faire respecter cette mesure.

Quelle sanction?

Les mesures de restrictions adoptées jadis par les autorités pour combattre la propagation du virus sont devenues un point de discutions entre les autorités et la population en raison d’un flou. Les contrevenants doivent subir quel type de sanctions (amende, emprisonnement, contravention…)?  Comment? Suivant quel texte de loi?  Faut-il laisser les policiers décider à leur guise  sur la nature des sanctions alors que ce n’est pas de leur ressort? Pour éviter toute altercation comme celle ayant conduit à la bastonnade du journaliste de la Radiotélévision Caraïbes ,Georges Emmanuel Allen, les sanctions prévues dans le cadre des mesures prises doivent être connues de tous.

A titre de rappel, le président Jovenel Moise avait annoncé, que le gouvernement allait distribuer environ trois millions de masques. Que représentent 3 millions de masques pour une population avoisinant les 14 millions d’habitants, alors que l’obligation leur est faite de porter des masques dans les lieux publics ?

 Jodel ALCIDOR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.