Eventuelle déportation d’Emmanuel Toto Constant : le BAI exige une action en justice

La déportation d’Emmanuel Toto Constant serait déjà actée selon ce qu’a fait savoir le Bureau des avocats internationaux (BAI) dans une lettre adressée au Premier Ministre Joseph Jouthe, Lucmane Delile dans laquelle les hommes de loi demandent d’instruire une action en justice contre ce dernier.

À en croire, le Bureau des avocats internationaux (BAI)  le pays devrait se préparer à recevoir d’ici le 11 mai 2020 la déportation d’Emmanuel Toto Constant, l’un des acteurs matériels et/ou intellectuel du massacre de Raboteau dans les années 1990. Un événement qui avait coûté la vie à plusieurs dizaines personnes.

Préoccupée par l’arrivée éventuelle d’Emmanuel Toto Constant au sein de ce troisième groupe  lundi prochain, le BAI a demandé au premier ministre Joseph Jouthe d’instruire le commissaire du gouvernement de la Croix-des Bouquets afin que ce dernier puisse mobiliser la police judiciaire pour saisir, dit-il, ce plus grand fugitif des années 1990/ 2000 à sa descende d’avion, sur le tarmac de l’aéroport Toussaint Louverture et de le livrer à la justice des Gonaïves aux fins utiles.

Plus loin, le BAI demande, dans cette correspondante d’instruire le Commissaire du gouvernement de Port-au-Prince d’ordonner  à la police judiciaire de saisir un autre contumax contre Jean-Robert Gabriel, membre du haut état-major des forces armées d’Haïti (FAD’H).

Claude Joseph rassure

Les débats font rage après la nouvelle de la déportation de l’ancien Tonton Makout Emmanuel Toto Constant. Plusieurs personnalités se sont exprimées à ce sujet. Questionné lors de son passage à l’occasion du 26e anniversaire de la Radio Kiskeya, le jeudi 7 mai 2020, le ministre des affaires étrangères et des cultes, Claude Joseph tente de calmer le jeu.  Il rassure.

« Emmanuel Toto Constant ne fera pas partie de cette délégation qui, selon les informations arrivera en Haïti lundi prochain » a informé le ministre des Affaires étrangères et des cultes, Claude Joseph qui refuse toutefois de vendre la mèche. « Pour des raisons d’éthique professionnelle, je refuse de parler des discutions que j’ai eues avec mes homologues étrangers à ce sujet. Ce qui est certains, les discussions vont de  bon train. Et nous sommes sur la bonne voie » a –t-il expliqué.

Concernant  les autres arrivées, le ministre a déclaré que les autorités reçoivent dans la dignité tous les compatriotes d’où ils viennent.

Jodel ALCIDOR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.