La fabrication des masques : une petite manne pour les marchands tailleurs

Le port des masques est désormais obligatoire dans les espaces publics depuis 11 mai dernier. Faute de moyens, la majorité de la population qui devrait cependant se soumettre à cette décision a eu recours aux masques locaux pour se protéger ce qui représente une belle opportunité pour les marchands tailleurs.

Credit Photo: http://www.rezonodwes.com

Depuis plusieurs années déjà, les professionnels de la couture connaissent un moment difficile, une vraie baisse de régime. Ils sont frappés de plein fouet par la présence des habits usages (PEPE) venant en grande partie des Etats-Unis d’Amérique et qui envahissent le marché local à un prix dérisoire. Il a fallu attendre chaque année attendre la réouverture des classes pour qu’ils puissent trouver des contrats, après la galère continue.

 Si l’épidémie due au coronavirus a des conséquences désastreuses pour l’économie mondiale en particulier celle d’Haïti en revanche, elle est une bouffée d’air  pour les professionnels de la couture. Car, depuis la confirmation des premiers cas de la Covid-19 par les responsables du MSPP, bon nombre d’entre eux se lancent dans la fabrication des masques, lesquels destinés à protéger une population qui ne dispose pas de moyens nécessaires pour se procurer des masques de haute qualité tels : N-95  et autres entre autres.

«Je suis tailleur de profession. Je pratique ce métier depuis une quinzaine d’années. Depuis près d’une décennie cette profession est en chute libre. Ces derniers temps les demandes se sont multipliées. Les gens ont fait à appel à nous  pour la confection des petits masques capables tant bien que mal de les protéger contre la maladie » a témoigné  Camilus Lanois, précisant par ailleurs que la covid-19  a ravivé cette profession traitée en parent pauvre.

Ces dernières semaines, j’ai fabriqué des douzaines des masques, ce qui m’a permis d’empocher quelques centaines de gourdes de manière inattendue. Car, à pareille époque, personne ne s’y attendait a déclaré  .Ça ne va pas trop durer. Crois-moi, c’est une opportunité circonstancielle. Apres le passage du coronavirus au pays ce sera la même rengaine a-t-il ajouté, avant de rappeler aux autorités la nécessité de réglementer le marché local.

Pour  l’heure, les masques locaux sont vendus partout. Les marchands tailleurs tant bien que mal trouvent une belle opportunité pour refaire une santé.  Après le passage de cette épidémie, ce métier continuera à coup sur sa descente effrénée.

Jodel ALCIDOR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.