Du courant électrique à la merci du temps

Le bassin de Port-au-Prince et les zones avoisinantes tributaires du centre hydroélectrique de Péligre font face à une coupure d’électricité depuis plusieurs semaines. Selon le ministre des Travaux publics, Transports et communications, cette situation est due à une carence d’eau.

Crédit Photo: EdH

Pas d’eau, pas de courant. Il n’y pas d’échappatoire possible. Sous l’égide du Ministre des Travaux publics Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC), et du Directeur Général de l’Electricité d’Haïti (EDH) une délégation s’est rendue dans le département du Centre, particulièrement au niveau du Barrage hydroélectrique de Péligre pour s’enquérir des informations relatives à cette coupure d’électrique qui n’a que trop duré et qui fait grincer les dents.

Le même refrain. En arrivant sur le lieu, le ministre des Travaux publics, Nader Joiseus , a cherché à  faire le point sur de la situation. «Le problème d’électricité auquel certaines zones est confronté actuellement est le résultat d’un problème parfaitement identifié depuis des lustres : la sécheresse »  a expliqué  le directeur du Centre hydroélectrique de Peligre au ministre des travaux publics.

« Il n’a pas plu depuis certains mois sur le département du Centre. La sécheresse règne en maître. Pour cause, les trois turbines ne peuvent pas fonctionner en même temps, alors qu’elles ont, chacune, la capacité de produire dix-huit mégawatts » a indiqué l’un des responsables dudit centre hydroélectrique qui informe par ailleurs que le département a reçu ses premières averses cette semaine.

 15 juin, une date butoir

Les familles doivent encore attendre. Le département du Centre a déjà reçu ses premières averses cette semaine à l’approche des saisons pluvieuses et cycloniques, toutefois, selon les responsables du Peligre, les trois turbines recommenceront à fonctionner en bonne et due forme qu’à partir du 15 juin prochain. « D’ici 15 juin, nous aurons assez d’eau pour faire tourner les trois turbines en même temps »  a lancé le directeur du centre hydroélectrique.

De son côté, le titulaire du ministère des travaux publics dit prend acte et promet d’œuvrer en faveur de la population. Une situation qui ne date pas d’aujourd’hui. Pourtant, elle reste et demeure un défi majeur, chaque année, dans la production du courant électrique, pour un gouvernement qui pourtant, trois ans après, n’abonne toujours pas l’idée de changer la matrice énergique du pays.

La délégation conduite  par le numéro un du ministère des travaux publics, Joiseus Nadere, a profité de l’occasion pour visiter des chantiers à Maïssade, Saint-Louis du Nord , Monbin Crochu , Trou du Nord , Anse-a-Foleur , Ouanaminthe  Gonaïves .

Paul MARTIAL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.