La politique « dure » reprend-elle ses droits ?

18 mai est une date historique et mémorable dans l’histoire d’Haïti. Ce 18 a-t-il marqué la fin d’un règne où l’on parle que l’épidémie liée au nouveau coronavirus? La politique reprend-elle ses droits?

Crédit Photo: Kapzy News

Depuis plus d’un mois on ne parle que de la Santé, particulièrement de l’épidémie due au coronavirus qui a déjà infecté, selon le dernier bilan communiqué, par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), cinq cent trente-trois personnes.

Parallèlement à l’épidémie du nouveau coronavirus qui gagne du terrain un peu plus chaque jour, des personnes ont manifesté, le lundi 18 mai 2020 dans les rues de la capitale à l’appel de plusieurs secteurs de l’opposition pour exiger le départ sans condition du président Jovenel Moise et son équipe.

 Les  points de rassemblement étaient Carrefour aéroport et Champ de mars. En absence des leaders de l’opposition « radicale » notamment ceux du Secteur démocratique populaire, plusieurs dizaines de manifestants ont, malgré l’usage des gaz lacrymogènes quand même parcourus diverses artères de la capitale pour faire passer leurs revendications qui n’ont pas changé. Tout au cours de leur parcours, les militants n’ont pas raté une seule occasion pour peindre en noir la gestion du chef de l’Etat, trois ans après son élection.

De la santé ….à la politique dure

Il est coutume depuis un certain temps d’organiser des manifestations « violentes ». Malgré la présence du virus sur le territoire national, cette date n’échappe pas. Même s’il n’y a pas grand monde dans la rue, les hommes de l’opposition démocratique populaire ont marqué leur présence dans les rues de Port-au-Prince. Ce faisant, l’opposition a-t-elle mis fin officiellement à cette période où l’on que de la santé, du coronavirus ?  

 On sentait venir ce moment. Les acteurs politiques de l’opposition l’avait annoncé tout au cours de la semaine écoulée sur les ondes de plusieurs radios de la capitale. « Nous allons recommencer avec les mobilisations à partir du 18 mai » a déclaré le Dr Shiller Louidor, membre du secteur démocratique lors d’une conférence. « Jovenel Moise a profité de l’épidémie du coronavirus pour continuer de cravacher dans le mauvais sens » a-t-il ajouté.

Jovenel Moïse parle des élections

Le coronavirus a fait converger toutes les idées  dans un seul sens. Les acteurs politiques même s’ils n’ont uni leur voix, ils parlent tous d’une même langue: Coronavirus. Vlan ! Le 18 semble une occasion que ce soit pour le pouvoir ou pour l’opposition de faire un revirement.   

Dans son allocution du 18 mai, le Président de la République a parlé non seulement des matériels sanitaires qui sont arrivés dans le pays pour un montant de 4 millions de dollars, mais  aussi de l’organisation des élections. Quand, comment ? Personne ne sait puisque le chef de l’Etat n’a pas donné trop de détail.

Manifestation de l’opposition démocratique pour exiger le départ de Jovenel Moise et son équipe, l’annonce des prochaines élections, définitivement, la politique semble signer son retour en pleine crise sanitaire.

Marckendy DORSAINVIL

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.