Budget 2019-2020 : 1,2 milliard pour l’environnement, des organisations écologiques protestent

Des organisations écologiques ont exprimé leur colère par rapport à l’enveloppe budgétaire de 1,2 milliard de gourdes accordé à l’environnement dans le document budgétaire de 2019-2020 et appellent à la mobilisation en vue d’exiger à l’Etat de placer l’environnement au cœur des priorités.

L’environnement traité en parent pauvre. L’exécutif a publié la semaine dernière un nouveau document budgétaire (2019-2020), lequel génère déjà de la polémique. Dans un pamphlet, des organisations écologiques dont Mouvement d’Appui pour le Développement des Collectivités Territoriales Haïtiennes (MADECTH), Groupe d’Intervention écologique d’Haïti (Ecovert-Haïti), Promotion pour le développement intégré (APRODI), Association zantray pour le développement national (AZADN), Mouvement d’appui à la paysannerie (MAP), Asosyasyon peyizan kwochi (ASPEK), Mouvement écologistes citoyens (MEC), Association des jeunes progressistes de Cornillon (AJPC), ECODA (Effort commun pour le développement de l’Arcahaïe) ont élevé leur voix. Elles exigent une meilleure prise en charge de l’environnement.

L’exécutif  a accordé une modique somme de 1,2 milliard de gourdes au ministère de l’Environnement, soit 0,6 % du portefeuille budgétaire national. Des organisations écologiques protestent et condamnent « Nous rejetons en bloc l’enveloppe budgétaire de 1,2 milliard de gourdes, soit 0, 6 %, octroyée au ministère de l’Environnement dans le cadre budgétaire qui vient d’être rendu public en conseil des ministres extraordinaire ce vendredi 5 juin 2020. Pour nous, organisations écologiques, cela montre, en clair, que le Parlement caduc dont son enveloppe de six milliards de gourdes qui représente 5 fois plus de celle de l’Environnement, est plus important pour l’administration Moïse / Jouthe . Ce qui prouve une fois de plus que l’environnement n’est pas une priorité de l’heure pour ces dirigeants » ont déploré lesdites organisations.

De plus ces organisations appellent à la protection des réserves de biosphères qui sont aujourd’hui menacées en raison de l’absence du MDE. « Avec cette maigre enveloppe, le MDE sera toujours un ministère de fonctionnement et non ministère d’action. Et le secteur environnemental sera encore plus sous le contrôle des ONGs face à la déresponsabilisation de l’État de ce secteur et c’est regrettable pour qu’en 2020, l’État d’Haïti n’accorde aucune importance à l’environnement » ont-elles expliqué.

Ces organisations n’entendent pas rester les bras croisés et la bouche bée. « L’urgence environnementale est une condition sine qua non pour assurer la survie d’Haïti » ont –elles signalé  dans cette note. En ce sens, un appel a été lancé à tous les secteurs de la vie nationale pour l’organisation d’une marche pacifique dont la date n’a pas été retenue.

Annie FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.