Journée Mondiale de l’océan: l’Association Maison verte d’Haïti lance un cri d’alarme

A l’occasion de la journée mondiale de l’océan commémorée le 8 juin, l’Association Maison verte d’Haïti a tenu à faire entendre sa voix. Dans une note de presse acheminée à la rédaction, l’association fait l’état des lieux et fixe les responsabilités.  

A l’occasion de cette journée mondiale consacrée à l’océan,  l’Association Maison Verte d’Haïti (ASMAV-HAITI)  conformément à sa  « position en faveur de la vie, de tout ce qui la produit et qui la maintienne » a saisi l’occasion pour rappeler à tous l’importance de l’océan que fort souvent nous maltraitons.  « Nous en profitons pour jeter un regard vers cette immensité bleuâtre qui est souvent traité en parent pauvre dans les luttes environnementales alors que sa biodiversité est tout aussi en péril que les autres.Véritables poumons de notre planète, les océans jouent un rôle primordial dans notre subsistance. Ils constituent une source importante de nourriture et de médicaments pour plus de 3 milliards de personnes dans le monde. C’est  l’occasion pour nous de sensibiliser le grand public à une meilleure gestion des océans et de leur ressources, c’est tout particulièrement l’occasion pour qu’en Haïti nous repensons notre rapport à la mer » mentionne la note.

« Quel émerveillement que produit en nous ce miracle de la nature ! L’océan a ceci de particulier que c’est un spectacle total, qui excite la vue, mais sollicite aussi l’ouïe, l’odorat et le toucher. Le chuchotement des vagues sur les galets, cet air léger de parfum d’iode, la sensation que produit le sable qui s’égrène entre les doigts, toute cette mise en scène de la nature produit un sentiment de quiétude, d’équilibre et de plénitude. Et pourtant le contraste est brutal entre cette beauté naturelle de la mer, ce bien-être qu’elle procure et les conditions misérables de la vie, la crasse dans laquelle croupissent les haïtiens qui habitent la côte. La mer est synonyme de misère et de pauvreté en Haïti »rappelle l’organisation écologiste.

Face à cette situation, « La Maison verte d’Haïti lance un cri d’alarme : «la mer chez nous se transforme partout en poubelle et toilettes publiques».  La situation est grave et c’est peu de le dire, Haïti qui possédait des plages de toute beauté et encore sauvage n’a pas su préserver la beauté de ses côtes et de sa mer. De la pollution des eaux de la côte des Arcadins, jusqu’au village des Abricots, ou des mammifères marins sont tués et dépecés, en passant par Anse-à-veau ou les marchandes jettent leurs détritus depuis les falaises pour aboutir au dépotoir de la fossette au Cap-Haïtien ; effectivement la situation est alarmante. Mais la faute à qui nous dira-t-on? »

Pour la structure organisée ayant pour Président Messerne SAGESSE, « L’environnement est le cadet des soucis de nos dirigeants. Pas besoin d’aller bien loin pour le prouver, quand seulement 0.6% du budget national est alloué au ministère de l’environnement d’un pays on obtient comme résultat cette Haïti que nous avons aujourd’hui, une plaie béante sur le plan écologique et environnementale. Et cet état de fait n’est pas un hasard, c’est un choix politique calculé de dirigeants malpropres qui ont fait le serment de tenir le pays dans cette boue puante que nous pataugeons depuis bien trop longtemps. »

L’Association Maison Verte d’Haïti (ASMAV-HAITI) peut être contactée à l’adresse mailmaisonvertehaiti2017@gmail.com et aux numéros +509 3834 7197 / 3896 0239.

Annie FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.