Gangster : le vrai métier d’avenir en Haïti ?

L’Observatoire du Numérique en Haïti a publié le 22 juillet 2019 un article du Psychologue-Conseiller et Spécialiste en développement de carrière,  Josemar ST-VICTOR, qui y a présenté cinq métiers d’avenir accessibles après une première formation en Haïti. Fort du rapport de l’Institute for the Future, précisant qu’actuellement nous ne connaissons pas 85% des métiers de 2030, le professionnel de la santé mentale a tracé la voie à suivre par ceux qui chérissent le vœu d’exercer ces nouvelles carrières. Toutefois, face à la nouvelle dynamique sociale, ces métiers semblent de moins en moins présenter des perspectives d’emploi ou d’intégration au marché de travail. Seuls les gangsters ont cette assurance ! 

Credit Image: connectioninfonews.com

Un métier est avant toute chose une activité sociale. Il est reconnu ou toléré par la société et celui qui l’exerce en tire des moyens d’assurer la reproduction de sa force de travail, les moyens d’existence. Il est indéniable que les cinq métiers que le Psychologue Josemar ST-VICTOR a présentés ont tous de beaux attraits. Les métiers de la blockchain et des crypto-monnaies ; de la robotique et/ou de l’Intelligence Artificielle (IA) ; de prothésiste / d’orthésiste et de l’e-sport et du gaming sont vraiment des métiers d’avenir et certains sont accessibles à nos compatriotes juste après le Bac. Cependant, notre réalité objective nous pousse à questionner le nombre d’emplois qui seront créés dans  ces secteurs dans l’Haïti de demain.

Nous sommes en plein dans l’ère du numérique. Malgré nous, le numérique dicte notre rythme de vie et nous accompagne, presque, partout. Si ailleurs le monde du travail  ressent l’impact de cette nouvelle ère, en Haiti nous avons encore du mal à suivre la cadence. Le papier trône en maitre et seigneur dans les institutions. Les dossiers doivent passer d’un service à l’autre, d’une main à une autre. Pire ! L’électricité et un flux d’internet haut débit sont souvent aux abonnés absents. Hier la Direction de l’Immigration et de l’Émigration a dû fermer ses portes faute d’énergie électrique. Triste situation pour notre pays des mois après l’échéance du délai fixé par le Premier Citoyen de la Nation pour actualiser sa promesse d’électricité 24 heures sur 24 dans tous les coins de la République. Dans de telles conditions, d’autres institutions intervenant dans le secteur du « business process outsourcing» (externalisation des processus d’affaires) comme LEOS (Laroche Essentielle Outsourcing Services) risquent de ne pas voir le jour.

Alors que l’avenir ne semble pas radieux pour des métiers de demain en Haïti. Certaines activités quant à elles sont en train de changer radicalement de statut. La définition du dictionnaire Larousse semble ne plus cadrer avec notre réalité. Le gangster commence à ne plus renvoyer l’image (simpliste, diraient certains) d’un membre d’un gang, d’une association de malfaiteurs ou d’une personne sans scrupule.  Il s’est imposé comme un professionnel qui cherche à gagner sa vie comme l’a si bien indiqué le Président de la République, Monsieur Jovenel Moїse. De tous les outils de travail existant sur terre, certains ont choisi les armes à feu illégales et ça fonctionne pour eux.

 L’exercice de la profession impacte certes sur leur espérance de vie mais le jeu semble valoir la chandelle! Ces « Robin des Bois » des temps modernes nourrissent et protègent les membres de leur communauté. Ils font du social ! Le butin de leurs « opérations » est au service de la collectivité. Ils sont la loi, ils font la loi ! Ils vivent le rêve américain dans les limites de leur territoire. L’anniversaire du simple soldat ne peut passer inaperçu. La bière coule à flot en cette occasion et dans certains cas il y a un DJ pour mettre de l’ambiance. La rémunération, n’en parlons pas !

Ce métier a séduit et continue de séduire tant de personnes. Certains ont choisi de changer de carrière ! A quoi bon d’être maçon, menuisier ou quoi que ce soit quand tu peux protéger ta communauté et vivre à l’abri du besoin ? On ne peut pas se plaindre de la faim dans un espace où chaque jour des milliers de gourdes sont dépensés uniquement en boissons alcoolisés ? Un avenir radieux se dessine à l’horizon.

Les forces de l’ordre ne font plus le poids! Des agents de cette force et des gangsters cohabitent en bons voisins et, parfois, sont des collègues de travail! Les stations de radio, les émissions à grande audience font usage de divers stratagèmes pour avoir le numéro du commandant pour l’interviewer en direct. Un haïtien peux remporter un prix Nobel je doute fort qu’il aura à donner plus d’interviews que certains chefs.  Les nombreux conflits inter-gangs qui faisaient plus de morts que les affrontements avec les forces de l’ordre semblent appartenir au passé. Une fédération a été mise en place et cherche à assurer le respect d’un pacte de non-agression !

Politiciens, hommes d’affaires, leaders religieux font la queue ! Ils quémandent leur bénédiction et négocient leur grâce. Dans certaines circonscriptions, ils scellent le sort des élections. Certains qui ont volé sous les radars sont arrivés à se faire élire ! Dans les rues, les agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) en uniforme ou non cherchent souvent à camoufler leurs armes surtout quand ils sont seuls. Plusieurs dizaines de membres de gangs ont défilé mardi dernier avec leurs armes dans la troisième circonscription de Port-au-Prince.

Enfant, comme ceux de ma génération je me voyais médecin, avocat, agronome, journaliste, professeur etc… Qu’en est-il pour la génération actuelle ?

Stevens JEAN FRANCOIS

Secrétaire de Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.