Nouvelle défection, le PHTK fléchit

Le Parti Ayisyen Tèt Kale (PHTK)  n’est pas à son meilleur moment. Pas moins de deux partisans zélés ont quitté l’équipe en moins d’un mois. Une situation qui ne fait qu’affaiblit d’avantage ce parti déjà très décrié en raison de la mauvaise gouvernance du président Jovenel Moise et son implication présumée dans la dilapidation des fonds de Petro Caribe.

Mauvais signe pour le PHTK.  Les défections en cascade se poursuivent et pourrissent la situation. Le sénateur de l’Artibonite Gracia Delva et le conseiller aux affaires juridiques et politiques du Palais national Me Reynold Georges ont quitté le navire du PHTK en ce mois de juillet à quelques mois de la fin du mandat constitutionnel du président Jovenel Moise, soit le 7 février 2021.Fort d’un tel constat, le parti au pouvoir qui, pourtant, devrait unir toutes ses forces pour préparer la bataille du 7 février 2021 qui s’avèrerait  déjà très compliquée tenant compte de la position de plusieurs secteurs vitaux du pays sur la question, perd des joueurs clefs .Et perdra d’autres si l’on fait confiance à des sources généralement bien instruites.

Ceux qui ont récemment tourné le dos à PHTK n’ont pas mis du temps à tacler très fort le pouvoir. Ils parlent une même langue : la démission du président Jovenel Moise. «« La politique menée par le pouvoir en place n’est en ligne avec ma conviction »» a martelé l’ex-conseiller du palais national dans sa lettre de démission envoyée au chef de l’Etat avant de réclamer en outre sa démission lors de sa participation des émissions radio de la capitale.

Le sénateur Garcia Delva est clair, concis et précis dans sa position. Il n’y va pas par quatre chemins pour exprimer, à l’instar de Me Reynold Georges, son ras le bol, contre un  pouvoir qu’il a longtemps  servi corps et âme. ««Jovenel Moise a tout bonnement échoué. Il n’a pas pu livrer la machine  Ses promesses  de campagne, n’ont pas été tenues .Qu’il parte pour  sauver ce qui peut être, à l’heure actuelle, sauvé »» a déclaré l’élu  de l’Artibonite au micro de la presse cette semaine après son divorce.

L’ami d’aujourd’hui est l’ennemi de demain. En tout cas, ça arrive souvent dans la politique haïtienne depuis après 1986. Après le départ du sénateur Youri Latortue, Sorel Jacinthe , Joseph Lambert c’est au tour du sénateur Garcia Delva et Me Reynold Georges .La question que l’on se pose : qui sera le prochain mouton noir ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.