Dossier de Dermalog : le juge Matthieu Chanlate remplace Bernard Sainvil

Le juge Matthieu Chanlate a été désigné pour instruire une plainte déposée par l’Organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti contre l’Etat haïtien dans la fabrication des cartes d’identification nationale. Un contrat qui aurait été signé de manière illégale selon les responsables de cette organisation.

Nouveau rebondissement dans l’affaire dans le dossier Dermalog .Le juge Matthieu Chanlate a été désigné cette semaine pour remplacer Me Bernard Saintvil .En ce sens, le magistrat Bernard Saintvil a acheminé, le lundi 20 juillet 2020, le dossier de Dermalog par devant le juge Matthieu Chanlate pour les suites nécessaires a informé la partie plaignante lors d’une conférence de presse tenue hier.

L’Organisation  des citoyens pour une nouvelle Haïti qui exige pour que la lumière soit faite sur la signature de ce contrat demande au gouvernement Moise –Jouthe de sursoir sur la fabrication des cartes d’identification nationale en attendant une décision judiciaire soit rendue à cet effet. Puisque, le nouveau juge d’instruction a deux mois pour instruire et un pour rendre publique sa décision.

Les membres de l’organisation semblent déterminer à mener cette bataille. « Le juge Matthieu Chanlate a deux mois pour instruire et un mois pour former sa conviction. Nous envisageons de saisir toutes les instances internationales, comme la Commission Interaméricaine aux Droits de l’Homme et la Cour Pénale Internationale, si l’ordonnance du juge ne cadrera pas avec la vérité », promet le coordonnateur de cette structure, Me Camille Occius.

 Me Camille occius , croit dur comme fer dans l’aboutissement de sa démarche . « Il revient à nous de fournir des preuves tangibles pour soutenir les accusations » a poursuivi, le coordonnateur, citant par ailleurs, les deux contrats signés entre l’Etat  haïtien et la firme, l’avis défavorable de Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA) et le rapport de la commission d’éthique et anti-corruption du Sénat.

 Il faut souligner que,  le dossier de Dermalog impliquant les autorités de l’exécutif et les responsables  de la firme ainsi que la première Dame Martine est le fruit du travail de plusieurs mois de la Commission permanente Éthique et Anticorruption du Sénat qui avait exigé que l’action publique soit mise en mouvement contre la première dame Martine Moïse et le DG de l’ONI Jacques Élibert. La commission exige également l’annulation du contrat de DERMALOG malgré le fait que la firme commence déjà à produire de nouvelles cartes sur le terrain .Environ un an après le dossier stagne .À quoi peut-on s’attendre de la désignation du nouveau juge ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.