Des acteurs politiques et de la société civile signent une déclaration d’engagement

Plusieurs acteurs de la vie nationale et pas des moindres ont apposé leur signature dans un document baptisé : Déclaration d’engagement Juillet 2002. Objectif : stopper la dérive de l’équipe en place, faire échec au projet de coup d’Etat électoral, en préparation par le pouvoir, forcer le président Jovenel Moise à respecter les prescrits de la constitution relative à la fin du mandat présidentiel entre autres.

Après l’accord de Marriott et celui de Kinam , une déclaration d’engagement vient d’être signée par des  représentants des partis politiques , des organisations et regroupements politiques , des organisations de la société civile ,de la diaspora ainsi que des  représentants des organisations de base engagées dans la lutte pour le changement.

Insatisfaits de la gestion du président Jovenel Moise et de la situation actuelle du pays, des acteurs comme Edgard Leblanc fils (OPL) , Edmonde Supplice Beauzile ( Fusion ) , Gérard Joseph (Vérité ) , Paul Denis(INIFOS ) A. Rodon Aimé ( ENA) , Marjory Michel , Nenel Cassy ( secteur démocratique populaire ,  Jean Marie Theodathe , Daniel Supplice , Edouard Paultre ( de la societé civile) , Yvers Edwige Lalanne , sénateur Jean Marie Salomon , Me Gervais Charles , Francelet Denius  Rony Colin pour ne citer que ces personnalités-là ,se sont , à travers ce document , engagés à se mettre d’accord sur une structure de rassemblement des forces de changement , faire obstacle au projet de coup d’état électoral, en préparation , forcer le président Jovenel Moise à respecter les prescrits de la constitution relatif à la fin de son mandat présidentiel , trouver un accord politique entre les et les autres secteurs de la vie nationale sur la modalités de remplacement du président Jovenel Moise et la réalisation d’une période de transition permettant de jeter les bases pour la construction d’une nouvelle société, accompagner la population haïtienne en général et les organisation de base en particulier dans la mobilisation ,déjà en marche , pour faire respecter les articles 134.2, 134.3 de la constitution.

Les grandes lignes de la transition connues

 Outre ces engagements susmentionnés, les acteurs signataires de ce document ont proposé une feuille de route pour la prochaine  transition qui tarde encore à venir . Lutter contre la corruption, créer un climat  sécuritaire garantissant l’ordre public, la sécurité des vies et des investissements, organiser une conférence nationale, réviser la constitution, réaliser les procès pour la dilapidation des fonds de Petro Caribe ou de toute autre ressource du trésor public,  obtenir justice pour les diverses massacre dans des quartiers populaires , établir le cadre juridique , les mécanismes financières appropriés et conclure les ententes politiques nécessaires permettant l’institutionnalisation de la démocratie en Haïti à travers la mise en place d’un multipartisme modéré de 4 à 5 plateformes  politique, renforcer les institutions de l’Etat, rétablir la confiance dans l’Etat .

Ils souhaitent également, assainir les finances publiques, promouvoir des réformes économiques, un climat favorable aux investissements , à la création et au développement de la production nationale ,Initier des projets d’apaisement social tout en apportant des services à la population ; organiser des élections générales libres, honnêtes et démocratiques à travers un processus inclusif et transparent  et surtout défendre le droit du peuple haïtien à décider souverainement de ses affaires, tout en travaillant au développement de la coopération internationale, de l’amitié et de la solidarité entre les peuples du monde entier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.