Haïti-Politique: Et si Max Attys était le mouton noir du troupeau ?

Et si Max Attys était le mouton noir du troupeau ?

La République d’Haïti semble diriger depuis un certain temps par un ensemble d’imposteurs. C’est la norme. Pour faire l’office de dirigeant de ce pays, il fallait, d’abord être un homme de main, un vendu et un corrompu de premier rang, ensuite avoir un passé truffé de crimes, de vols, de viols et surtout des actes de corruption avéré. Sinon …. .vous encourez des risques, le cas de Max Attys .

« Qui se ressemble s’assemble » ou encore « Dis-moi qui tu fréquentes/hantes je te dirai qui tu es ». Légion sont des locutions ou proverbes utilisés le plus souvent, pour décrire les points de jonction entre deux individus, mais que l’on prend en général, de mauvaise part comme pour dire: les pareils se réunissent à leurs pareils ou encore les honnêtes gens doivent donc chercher ceux qui leur ressemblent, comme les hommes vicieux font leur société des méchants ou des politiques malhonnêtes, vendus, qui se réunissent sous le label du PHTK .

Selon un proverbe grec, les voleurs, comme les loups, se reconnaissent bien vite, comme l’indique ce vers latin: »Furemque fur cognovit et lupum lupus Similis simili gaudet. » Cela revient à dire: le voleur reconnaît le voleur et le loup reconnaît le loup. Donc, ici, les PHTK se reconnaissent par leurs actions , leur façon de penser ou d’agir au détriment de la classe la plus pauvre .

Dans le contexte actuel auquel fait face Haïti, il est plus facile de trouver une aiguille égarée dans l’océan pacifique que trouver quelqu’un honnête, crédible prêt à servir son pays sans mettre en péril sa crédibilité au détriment du régime PHTK. Paul Eronce Villard, ex commissaire du gouvernement a remis sa démission au ministre de la justice d’alors Jean-Roudy Aly, pour des raisons de convenance personnelle avait-il précisé dans sa lettre de démission et avait même refusé automatiquement une promotion comme pour dire non à ce cercle mafieux.

Max Attys, dans l’exercice de ses fonctions a été contraint de démissionér de son poste après avoir fait des révélations dans la presse sur le détournement des fonds de Petro Caribé, alloués pour la construction d’infrastructures sportives. Dans ses révélations, l’ex ministre auraient pointé du doigt le fils de l’ancien président de la République, Michel-Olivier Martelly dans la dilapidation des fonds petro Caribe. Malheureusement, l’ancien ministre avait oublié que le gouvernement pour lequel il travail fait son maximum pour étouffer cette affaire de Petro Caribe. Et, les gens qui semble avoir un brin d’honnêteté en eux n’est pas digne pour servir le pays sur ce régime.

Ceux qui se sont transformés en défenseur du pouvoir en place sont nombreux, si l’on considère des anciens candidats à la présidence qui se font appeler conseiller du président, parce que là-bas coule le lait et le miel. Ils s’unissent donc dans le mal contre la démocratie et sont prêts à cautionner les dérives du pouvoir en place peu importe la gravité des actes.

Nonobstant la volonté de servir ou défendre le diable, la nécessité de trouver un job (souse yon zo pou fè yon ti kòb) est aussi grande, ces défenseurs s’autoproclamés se font humilier le plus souvent par le démon, le plus récemment connu fut la révocation de Maître Lucmane Delile à la tête du Ministère de la Justice sans parler du revirement spectaculaire de certains serviteurs zélés du régime.

Mais pourquoi Max Attys a oublié sa vrai mission à la tête du MJSAC, celui de gagner un peu d’argent en attendant la fin du mandat du régime. Monsieur Attys, aurait-il été trompé d’employeur? Sinon pourquoi voudrait-il faire les choses autrement, au point de mettre l’accent là où le bât blesse? En tout cas, entre l’éthique et l’honneur, le type aura sauvé sa peau de l’enfer du Dieu sous le sol d’Haïti.

Seide Putnam LOUIS-JEAN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.