Election en Haïti : controverse au sein de la communauté l’internationale

credit photo HPN

Alors que l’ambassade américaine supporte corps et âme toutes les initiatives du pouvoir en place particulièrement la formation et l’installation du Conseil électoral provisoire (CEP) contesté, le congresswoman Maxime Waters demande à Michelle J Sison de s’opposer à toutes démarches du gouvernement haïtien d’organiser les élections dans l’état actuel des choses.

La communauté internationale divisée au sujet de l’organisation des prochaines élections en Haïti.  De plus en plus des voix, et pas des moindres, se lèvent pour dire non à l’organisation du prochain scrutin dans l’état actuel des choses ou l’insécurité, prend du champ.

Après le diplomate français, c’est au tour d’une députée démocrate et membre du Black Caucus, Maxime Waters, de prendre ses distances au processus électoral dans une lettre adressée à l’ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Michèle J. Sinson à travers laquelle il l’a exhorté à ne pas appuyer ni cautionner les élections illégitimes et inconstitutionnelles prévues par le président Jovenel Moise.

De plus, le parlementaire a tenu à rappeler à l’ambassadeur  que la constitution haïtienne prévoit la façon de former et d’installer un CEP.

Pour finir , elle a demandé respectueusement que le Département d’État encourage Haïti à respecter les droits de tous les sénateurs de servir leurs mandats complets de six ans, d’organiser des élections en temps opportun pour remplacer les sénateurs et les autres élus à tous les niveaux de gouvernement dont le mandat a expiré et prennent toutes les actions appropriées pour veiller à ce que le Sénat haïtien soit en mesure de remplir ses obligations constitutionnelles.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.