Assassinat de l’étudiant Gregory Saint-Hilaire : le Sénat brise enfin le silence

Les 10 sénateurs restants ont condamné l’assassinat de l’étudiant Gregory Saint-Hilaire et ont demandé aux forces de l’ordre de se montrer plus adroites, et plus mesurés vis-à-vis à la jeunesse revendicative.

Ce qui reste du Sénat de la République a enfin brisé le silence pour condamner, plusieurs jours après, l’assassinat de l’étudiant Gregory Saint-Hilaire dans une note publiée le jeudi 8 octobre 2020 portant la  signature du bureau.

«Le Sénat condamne cet acte ignominieux » ont écrit les membres du bureau avant de  demander aux forces de l’ordre de se montrer plus adroites et plus mesurées vis-à-vis de la jeunesse revendicative, aux doyens, au Conseil de l’Université et au corps professoral d’encadrer et d’orienter le mouvement dans le sens d’une expression sereine des requetés et des  sollicitations.

Par ailleurs, ces parlementaires encouragent vivement les étudiants, les  élèves et les syndicats d’enseignement à œuvrer cohésion, dans la concorde et dans l’harmonie qui, disent-ils, seules peuvent conférer à leur mouvement pacifique le dynamisme et la robustesse capables de motiver l’Etat et la société en faveur de leur cause et d’une raisonnable satisfaction de leurs revendications.

En définitive, les hommes du grand corps se disent prosterner devant la dépouille de l’étudiant Gregory Saint-Hilaire et adressent leurs condoléances à sa famille et à ses camarades de l’Université.

À noter que l’étudiant a été tué par balle, sous les yeux impuissants de ses camarades, dans les locaux de l’Ecole normale supérieure (ENS) lors d’un mouvement de revendicatif.

Indignés et frustrés les étudiants de plusieurs entités de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) ont manifesté dans les rues de la capitale pour exprimer leur colère et du même réclamer justice pour la victime.

Si le commissaire du gouvernement  de Port-au-Prince, Gabriel Ducarmel, promet de punir les auteurs et les commanditaires de ce crime odieux, pour l’instant rien n’est encore fait si ce n’est que l’ouverture d’une enquête.

Entre-temps, les étudiants poursuivent leur mouvement revendicatif dans les rues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.