2020 NBA-FINALS : RETOUR TRIOMPHAL DES LAKERS SUR LE TOIT DU MONDE

Grâce au travail majestueux du trio LeBron-Rajon-Anthony bien épaulé par KCP, les Lakers ont atomisé, dimanche, le Miami Heat 106-93 pour remporter la série NBA Finales 4-2 au terme d’un match 6 maîtrisé de bout. Avec cette belle victoire les Lakers ont égalé le Boston Celtic avec 17 trophées.

Après la démonstration physique du Miami Heat vendredi dernier au match cinq, on s’attendait encore à un match explosif dimanche surtout côté Heat, qui en cas de victoire dans ce game 6, forcerait les Lakers à jouer un 7ème match. Contre toute attente, peu après cinq minutes du premier quart-temps, la messe semblait dite et ce n’est surtout pas le retour de Goran Dragic qui a pu changer la donne.

Comme pour annoncer la tempête qui allait arriver, Anthony Davis, sur la première possession des Lakers, a marqué les deux premiers points du match, alors qu’habituellement les joueurs du Miami Heat sont les premiers à déclencher les hostilités. Dans le sillage d’un Jimmy Butler (12 pts, 7 rbnset 8 passes) visiblement fatigué, le Miami Heat a laissé filer des points sur la ligne du lancer-franc, laissant ainsi à LeBron la possibilité de creuser l’écart avec ses pénétrations dans la peinture dont lui seul a le secret.

Avec l’agressivité et la défense impériale des Lakers, le Heat a pu compter sur l’adresse à distance de Kendrick Nunn et de Duncan Robinson, mais insuffisant pour rivaliser ces Lakers plus que jamais déterminés avec notamment LeBron James en état de grâce auteur d’un triple-double magistral; son 28ème en carrière en finale: 28 points, 14 rebonds et 10 passes décisives, pour compléter la performance d’Anthony Davis majestueux des deux côtés du parquet (19 points, 15 rebonds) sans oublier le match inégalable de Rajon Rondo, permettant aux Lakers de prendre 8 points d’avance sur les 12 premières minutes.

Plus huit (8) ensuite +12 en début du deuxième quart-temps, puisque le leader sur et en dehors du terrain LeBron James continue à agresser le cercle. Dans la foulée Rondo s’en suit à longue distance pour obliger le coach du Heat à prendre un temps mort 33-23. Malgré les nouvelles dispositions tactiques d’Éric Spoelstra, le Heat n’y arrive toujours pas et les Lakers mènent à la mi-temps pour 28 points de différence.

Dos au mur, le Miami Heat tente de réagir mais impossible de retrouver leur adresse habituelle à l’image de Tyler Herro auteur de 7 points à 1/2 à 3 points et Duncan Robinson 3/7 à 3 points auteur de 10 points au total. Cette inefficacité offensive est due en majeure partie à l’immense travail défensif des Lakers notamment Anthony Davis. Les coéquipiers de LeBron ont terminé le troisième quart à +29 soit 87-58.

Le match étant plié dès le début du dernier quart-temps, les efforts de Butler et acolytes ne suffiront pas pour empêcher LeBron James de gagner son 4ème titre MVP des finales et aux Lakers leur 17ème titre de l’histoire NBA leur 1er depuis 10 ans.

La saison a été longue et compliquée si l’on considère la coronavirus mais elle a aussi permis de voir l’accomplissement d’un certain Anthony Davis, le premier joueur à avoir réalisé un exploit unique dans le basket moderne : remporter le « Grand Chelem », c’est-à-dire cumuler les trophées de champion NCAA, champion olympique, champion du monde et champion NBA. (basketusa.com). Un exploit qui résonne comme le début de l’hégémonie d’une MegaStar…

Seide Putnam LOUS-JEAN
putnamlouisjean@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.