Commission Nationale de Surveillance Populaire : l’outil de la masse populaire

Des militants et organisations de base de l’opposition ont annoncé avoir décidé de créer une nouvelle structure. Pour contrôler et exiger le respect des revendications de la masse populaire, des militants et organisations de base ont pris l’initiative de mettre en place ladite commission nationale.

Les 38 structures organisées dénommées Nou VLE VIV, INIBAZ, GHETO Rasanble, CACOS D’HAÏTI, BAZ Plamam, Fòs Delmas, Fòs Kananpevè Reveye, Nou Angaje, Fanm Vanyan, Baz Popilè Nò (BPN), Mouvman Popilè Lenbe (MPL), Aba Ansasi, Nou pap Konplis,Mouvman Deboulonen Sistèm, Respè Dwa Fanm, Fasil Band, POECH_SOLINO, Vwa Ayiti, Nou pap Fè Lach, NONJEPA, K.Konviksyon, MECHE Kreyòl, Veye Anwo Veye Anba, BèBè Pale, PiREDH, RJDH-TEAM Zonbi, Esklav Revòlte, Dènyè Repons, Kolektif Kafou, Larelèv, Repons Di, REFOKA, MOK, Kolektif Fanm Ayisyen, Baz 45, Lari Dejwem, Platfòm Revè Kafou Fèy et Haïti Possible ont pris l’initiative de mettre en place la Commission Nationale de Surveillance Populaire.

Ces organisations ont décidé de converger leurs efforts et leur force pour continuer à mener le combat contre le régime en place. Elles comptent mobiliser des organisations et d’autres militants dans le pays afin de poursuivre leur combat.

Se décrivant comme des avant-gardistes, des cadres professionnels et des cadres les initiateurs de cette commission entendent poursuivre le combat devant conduire au bien-être du peuple haïtien.

Conscients que ce sont toujours les militants qui sont toujours les victimes, qui meurent par balles, qui se font emprisonner, qui sont victimes des massacres, qui sont traqués et prennent le marquis lors de leurs mouvements revendicatifs comme les manifestations et les sit-in, les militants et organisations se sont mis ensemble et veulent être consultés pour toute décision les concernant.

Les militants et organisations de base ne comptent pas s’avouer vaincu. Dans un contexte où les dirigeants de l’opposition se dénigrent en public et semblent être divisés, les militants eux ont eu la sage idée de s’unir. Du 18 novembre 2020 au 7 février 2021, ils vont organiser des mouvements. Cette fois-ci, ils n’auront pas de parcours prédéfini!

Louvencky FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.