L’ile d’Haïti, marquée a jamais par le 18 Novembre 1803

« Devant ces héros ; Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Henry Christophe, Alexandre Pétion, il faut nous agenouiller » Phrase célèbre, apposée au mur du musée du panthéon national. Ces honorables combattants ont lutté contre le système esclavagiste et l’on renversé.


Création de la nation haïtienne


Avant l’apparition de Christophe Colomb, Haïti, anciennement appelée « Ayiti », était habitée par les indiens tainos. Avec un relief très accidenté de montagne culminent à 2680 m, elle constitue la partie ouest de l’ile de saint Domingue. Il a fallu attendre le 6 décembre 1492 ; marqué par l’accostage des navires espagnols, pour changer a jamais l’histoire de ce peuple. Le pays comptait environs plusieurs dizaines de milliers d’habitants, qui étaient dirigés par cinq caciques. Christophe Colomb et ses troupes vainquirent les cinq caciques, et soumirent par la suite les autochtones a des travaux forcés, dans l’unique but d’extraire l’or des mines, et de s’accaparer de leurs terres. Le rude esclavage auquel étaient soumis ces tainos, ainsi que les maladies importées par les conquérants, ont permis l’extinction des populations indiennes sur cette partie de l’ile, au bout de 25 ans.


Dès 1503, ils tentèrent de faire venir des noirs d’Afrique pour remplacer les autochtones éteintes. Ces noirs, originaires de Dahomey, de la Guinée, et du Nigeria ont donc été déporté, cette traite fut autorisée en 1517. Intéressé par les indiens Higuey, qui gardaient en leur possession un peu d’or, les conquérants espagnols abandonnèrent l’ouest montagneux, pour se fixer sur la partie orientale de l’ile. C’est alors que les français portèrent leurs intérêts pour la partie occidentale, et, à la fin du XVI eme siècles, ils gagnèrent de manière progressive l’étendue du territoire. La traite des noirs se développa et s’institutionnalisa, le code noir fut édicté. Le peuple noir, déporté de sa ville natale, fut réduit à un état inhumain, horrible, ignoble. Devant alors se soumettre à ces colonisateurs. Il était forcé d’abandonner sa culture, ses habitudes, sa langue, son nom pour garder celui de son conquérant, il était réduit à exécuter des tâches au prix de fouets, marqué au fer rouge en cas d’une résistance quelconque. A la fin du XVIII eme siècle, le système esclavagiste qui réduisait l’être noir venu d’Afrique a une éternelle souffrance, enrichissait la colonie.


Révolution anti-esclavagiste haïtienne


Aout 1791 a marqué le début de la révolution haïtienne, où suite à la cérémonie de bois-caïman, plus de 1000 blancs ont été tués et les plantations incendiées. L’extrême pénitence à laquelle étaient soumis les noirs d’Afrique dans la colonie, les conduisirent à une révolte contre les tyrans de l’époque, qui se convertit par la suite, en une guerre de libération. Le 4 février 1794, l’acclamation de l’abolition de l’esclavage dans toutes les colonies françaises fut déclarée, cependant, pour Toussaint Louverture, seule la République pouvait libérer les esclaves, la même année, a la tête d’une armée de 20,000 vaillants hommes noirs, il libera la moitié du territoire de la main des puissances coloniales, et renversa la situation militaire des français. Il chassa des ports, les britanniques qui se sont emparés en 1798, et abolit les distinctions de couleur 1800. Son autorité s’étendit sur l’ile, en 1801, il promulgua une constitution, se faisant nommer gouverneur a vie, il défia à vive voix Napoléon Bonaparte. De l’expédition envoyée par Bonaparte, dans le but d’apaiser la révolte des noirs, et de rétablir l’esclavage sur la patrie occidentale à la défaite qu’a connu le commandant Henri Christophe, vis-à-vis de l’armée de Leclerc, les généraux se rendirent aux français en mai 1802. Le 07 juin 1802, Toussaint fut arrêté et déporté en France sur l’ordre de Bonaparte, où il fut interné au fort de Joux, dans le Jura. Le gouvernement étant neutralisé, Leclerc procéda au désarmement de la population.


Plusieurs batailles eurent lieu avant l’ultime qui renversa le système esclavagiste sur l’ile. Néanmoins, il a fallu la grande de 1803, pour mettre fin à la cruauté néfaste sur la partie occidentale de l’ile. La bataille de 1803 a donc eu lieu près du Cap-Haitien dans le Nord, qui fut dans le temps cap français, plus précisément à Vertières. Opposant les troupes envoyées par Bonaparte, commandées par Rochambeau, à celles du général Dessalines. Le 18 novembre 1803, sous le commandement de Capois, Dessalines ordonna de s’emparer du fort de vertières, après trois attentats non réussis, entrainant beaucoup de cadavres, Capois requerra des renforts, et lança une fois de plus, un dernier assaut, et demanda à ses hommes de le suivre sur le champ de bataille. Les combats s’amplifièrent avec les renforts de Dessalines. Au lendemain de l’ultime bataille, une journée entière de pourparlers eu lieu, à la tombée de la nuit, un accord fut signé, lequel exigeait à Rochambeau ainsi qu’aux restes de l’armée napoléonienne, présents sur le sol un délai de dix jours pour pouvoir vider les lieux. Et l’indépendance de l’ile fut proclamée le 1 er janvier qui s’y suive.


La colonie devint le premier Etat noir à être indépendant, regagnant alors le nom qu’il détenait avant la conquête des européens. Haïti a donc renversé le système esclavagiste par ses propres moyens. Elle a gagné son indépendance par sa victoire sur les troupes françaises. La première défaite de l’armée puissante de Bonaparte a donc eu lieu à vertières, par des vaillants hommes noirs. Qui méritent qu’on s’en souvienne encore de leurs efforts, au prix de leurs vies, les combattants connus ou inconnus, mémorisons leurs efforts consentis afin de renverser le système d’esclavage ; ne les oublions pas. Et, comme eut à dire l’actuel ministre de justice, à l’instar du sieur Rockfeller Vincent, «le 18 novembre 1803 a marqué l’histoire haïtienne», cette date devrait donc porter chaque citoyen à se questionner sur l’avenir de la nation, considérant son passé historique glorieux.


Saphir PAULÉMON

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.