Insécurité : Jean Rabel , une lycéenne touchée par balle

Corgelas Bendjina agée de 16 ans, élève au Lycée Louis Joseph Janvier de Jean Rabel a été atteinte d’un projectile au dos, lundi dernier aux environs de 5 heures PM. Deux gangs armés s’affrontaient à proximité du commissariat de la commune et la jeune fille a reçu une balle.

Bendjina, une élève de NSI au Lycée Louis Joseph Janvier de Jean Rabel a été atteinte d’un projectile au niveau du dos, en revenant de l’école le lundi 23 Novembre 2020 au moment d’un échange de tirs entre deux gangs armés dirigés par deux bandits déportés des Etats-Unis.

« Bendjina est une élève du NSI qui revenait de l’école avant-hier après-midi vers 5 heures, elle est âgée de 16 ans. Arrivée à la grand rue de Jean Rabel à proximité du commissariat, elle est tombée sur deux bandits déportés des Etats-Unis en pleine confrontation armée, elle a reçu une cartouche au dos » a relaté Délivrance Sterling Directeur du Lycée que fréquentait la victime.

Rien n’a été fait pour contrecarrer l’affrontement des bandits et c’est la clochette de l’impuissance des autorités policières livrant la population de cette contrée à elle même.


« Le plus drôle, sous les yeux de la police s’est déroulée la scène, aucun policier n’a pointé le bout de son nez pour voir ce qui se passait. La population est livrée à elle-même sans concours de la police » avance le professeur déçu du service de la PNH dans la zone.

Malgré le marque de moyen et même en effectif de l’institution policière, les agents sur place auraient dû solliciter le renfort de l’UDMO de Port-de-Paix « Et même les policiers, ils auraient dû demander le renfort des agents de l’UDMO de Port-de-Paix si vraiment ils n’avaient pas assez d’armes, de munitions et même en effectif » a-t-il fait remarquer.

L’éducateur a accusé les policiers du commissariat d’irresponsabilité et a fait remarquer qu’ils sont à pied d’oeuvre dans leur royaume de galant avec les frais de l’Etat « Des jeunes gens venant chercher leur proie féminine en s’engraissant d’argent de l’Etat en fuyant leur responsabilité » déplore Dominique sterling.

Les bandits en chantier dans le département du Nord-Ouest n’ont pas chômé dans leurs travaux de dégradation de la sécurité malgré l’éffort de la police en vue de les mettre hors d’état de nuire. Toutefois le personnel de justice du Département ne joue pas dans le même sens.

Eloi Michel Jean-Baptiste

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.