Le Core Group veut placer la charrue avant les bœufs selon l’OCNH

Le dernier communiqué du Core Group a suscité la réaction de L’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH). Dans une note portant la signature de son Coordonnateur Général, Me Camille OCCIUS, l’organisme de promotion et défense des droits de l’homme a invité les membres du Core Group à agir en vrais amis d’Haïti. Ladite note est retranscrite dans les lignes suivantes.

L’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) a pris connaissance de la note du Core Group exigeant que l’année 2021 soit celle d’un renouvellement démocratique en Haïti. Dans un communiqué daté du 25 novembre 2020, le Core Group (composé des Ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des Etats-Unis d’Amérique, de France, de l’Union Européenne, du Représentant spécial de l’Organisation des Etats Américains et de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies) a appelé à une accélération des préparatifs des scrutins à venir, à la publication d’un calendrier électoral, à accélérer la distribution des cartes d’identification nationale, à mettre en place une loi électorale et à assurer des conditions de sécurité suffisantes. En s’aventurant dans cette voie, le Core Group veut placer la charrue avant les bœufs.

L’OCNH tient à rappeler aux membres du Core Group que l’urgente nécessité de renouveler le personnel politique du pays ne pourra servir de prétexte pour agir avec bévue et précipitation. Cela ne contribuera qu’à l’aggravation de la situation du pays.

L’organisation de promotion et défense des droits de la personne en Haïti tient à rappeler aux membres du Core Group qu’avec un CEP inconstitutionnel / illégal dont les membres font l’objet d’une plainte, avec une carte d’identification illégale ( carte dermalog) en attente d’une décision de la justice haïtienne et l’absence d’un accord politique, avec une insécurité – Kidnapping aussi élevée la réalisation d’élections ne peut être à l’ordre du jour. Il en va du redressement de la situation actuelle.

Au lieu de nous faire part de son souhait, qui en conséquence renforcer l’équipe au pouvoir dans ses velléités de continuer à violer la Constitution et autres instruments internationaux, le Core Group devrait conseiller au pouvoir en place de se pencher sur l’insécurité galopante, de chercher un consensus autour de la mise en place d’un nouveau CEP constitutionnel, de faire machine arrière sur la production des cartes d’identification nationale et toute autre décision concourant à faire éviter le pire au pays.

Tel est le contenu de la note publiée en date du 26 novembre 2020.

Annie FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.