Haïti : qui a décidé cet « embargo » sur les produits pétroliers ?

Depuis fin 2020, les consommateurs haïtiens font face à une pénurie de carburants. Malgré la livraison de plusieurs milliers de barils depuis le 2 janvier, les produits dérivés du pétrole continuent à manquer dans les pompes. Le tableau de la prolifération de « marchands de carburants » dans les coins et recoins de la République, selon ceux qui l’ont vécu, semble similaire à celui de  l’embargo imposé à Haïti en 1991.

Crédit Photo : La Croix

La rareté de carburants sur la marché haïtien n’a plus rien à voir avec les « traditionnelles » que nous avions connu à chaque fin d’année. Elle se perpétue. Ce, malgré le nouvel arrivage de plus de cent cinquante mille barils de gazoline annoncé le 2 janvier 2021 en grande pompe par le directeur du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD), M. Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur. Ces barils n’ont pas fait changer la donne. Pire, alors que seulement la gazoline se faisait très rare dans le pays en fin de 2020, le diesel, lui aussi, commence à manquer.

Le carburant manque dans les pompes mais pas dans les rues. Comme par magie, de nombreux vendeurs ont vu le jour. Au prix fort, actuellement le double du prix du gallon à la pompe, ils vendent le produit si difficile à trouver. Leur avarice est dénoncée par plus d’un.

 » _Ces marchands de carburants participent en complicité avec des pompistes à la pérennisation de la crise. Ils nous empêchent de trouver le carburant et déclanchent les bagarres qui conduisent souvent à la fermeture des pompes à essence_  » se plaint Jacques, chauffeur de taxi à Cap-Haïtien.

 » _J’ai passé plus de trois heures dans la file d’attente ce matin, et quand il n’y avait qu’un véhicule avant le mien j’ai appris qu’il n’y avait plus de carburants_  » témoigne Marc, un conducteur de moto à trois roues.  » _Les pompistes privilégient les personnes avec les gallons. Elles sont certes indisciplinées mais elles leurs laissent de gros pourboires_  » argue Lucien. Que font les autorités ?

Face à cette situation les agents de la Police Nationale d’Haïti, Direction Départementale du Nord n’ont pas baissé les bras. Ils ont saisi des stocks de carburants. Les marchands ont changé de stratégie, ils se tiennent maintenant dans les différents coins de « vente » avec  au maximum deux gallons à la main. Disposition pratique pour prendre la poudre d’escampette à la moindre intervention policière et réduisant les pertes à la prochaine saisie. D’autres agents ont systématiquement fait fuir ceux qui viennent s’approvisionner avec des gallons dans les pompes. Toutefois, la situation persiste et les marchands continuent à vendre le produit si rare à la pompe au prix fort.

Faisant face à des difficultés pour s’approvisionner en carburant, la direction générale de l’Electricité d’Haïti (EDH)  a présenté ses  excuses auprès de sa clientèle. Selon la note de la compagnie, la pénurie l’empêche de fournir de l’électricité dans les conditions normales. Ladite compagnie a toutefois annoncé qu’elle travaillait d’arrache-pied avec ses partenaires du gouvernement en vue de résoudre ce problème sans toutefois préciser quand.

La contrebande, ce phénomène tributaire de l’embargo de 1991 fait rage. Sous le regard « impuissant » des autorités. Aucun embargo n’a été imposé à Haïti, officiellement. Mais, l’absence d’organisations fortes de défense des droits des consommateurs, la faiblesse de l’État et tant d’autres aspects concourent à la situation actuelle. Quand prendra-t-elle fin?

Les marchands « aloufa » ne voudront jamais que cela arrive. Les autorités et l’opposition politique ne sont intéressées que par l’échéance du 7 février 2021. La société civile quand à elle se démène pour trouver de quoi payer le carburant ou le transport en commun.

« Pays foutu » disent certains comme Eliezer Pitit-Caille, dans le roman de Justin Lhérisson. Ils ont besoin d’un « Boutenègre » pour leur faire comprendre que tout dépend d’eux. Espérons qu’ils n’opteront pas  pour une solution individuelle.

Stevens JEAN FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.