Football-FHF : Romain Molina un exemple à suivre!

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA), a envoyé au secrétaire général de la Fédération Haïtienne de Football (FHF), Monsieur Carlo MARCELIN, les noms des commissaires; dont Madame Michaëlle JEAN ex gouverneure du Canada, devant assurer la normalisation de la FHF. Ce résultat mirobolant n’aura pas été possible sans la détermination du journaliste français Romain Molina qui s’est battu pour la justice et la vérité.

Crédit Photo : Caviar Magazine

La dépravation et/ou l’immortalité constituent en Haïti depuis quelques temps, les principales pratiques qui veulent s’imposer dans nos institutions. Le nom du Président de la République est cité dans des actes de corruption et toutes autres malversations. La justice est bâillonnée et le concerné n’a pas la décence de démissionner. Les victimes ont peur de poursuivre leurs bourreaux tant ils semblent être intouchables.

Romain Molina a, quant à lui, eu le courage de dévoiler au grand jour ce que bon nombre de gens savaient. Pour se protéger ou pour continuer à jouir de quelques privilèges, ils n’ont rien dit. Ils avaient oublié que les victimes auraient pu être aussi des membres de leur famille.

Depuis le premier article publié, le Président de la Fédération Haïtienne de Football, a eu l’audace de clamer son innocence avec la complaisance d’une bonne partie de la presse et on a aussi vu des parlementaires gang et des gangs parlementaires trop corrompus pour pouvoir mettre en accusation le président sans oublier bien sûr le ministère de la justice haïtienne, symbole de l’injustice. À un moment, à la Rédaction nous n’avons pas caché notre peur que le mal l’emporte une fois de plus, une fois de trop.

L’injustice est si présente dans l’appareil judiciaire haïtien, que le juge d’instruction sur le dossier Dadou Yves Jean-Bart, avait accordé une ordonnance de non-lieu, blanchissant ainsi le présumé criminel. Pour la simple et bonne raison que les bourreaux en Haïti sont dans 98 % des cas sont transformés en victimes et les victimes en bourreaux surtout lorsque le concerné est fortuné. Le juge avait mis de côté le rapport accablant de l’enquête réalisée par la Brigade de Protection des Mineurs (BPM) en étroite collaboration avec la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) de la Police Nationale d’Haïti (PNH). Peut être avait-il peur de se sentir en insécurité comme les juges instructeurs chargés des dossiers des défunts Me Monferrier Dorval et du journaliste Néhémie Joseph.

Après la publication de l’article dévoilant au grand jour les sordides pratiques de monsieur Yves Jean-Bart, certains observateurs parlaient d’un complot inventé de toute pièce visant à salir l’image du football haïtien compte tenu des bons résultats enregistrés lors du dernier Gold Cup. Même si le concerné n’a pas « osé » porter plainte contre le mauvais arbitrage dont Haïti a été victime. Cependant, après analyse des faits et publication des résultats de l’enquête menée par la Commission d’éthique de la FIFA, les discours allaient changer.

Compte tenu de la disposition prise par la FIFA de mettre à la tête de la Fédération Haïtienne de Football ce comité de normalisation ayant à sa tête Madame Michaëlle, peut-on réellement parler de complot contre le football haïtien ? N’est ce pas là, la justice divine qui s’abat sur le football haïtien tenant compte des malversations de toutes sortes qui gangrènent la discipline privilégiée des sportifs haïtiens?

Une lecture approfondie de la composition du Comité de Normalisation ainsi que sa feuille de route, laisse penser que le Saint-Esprit avait probablement bien guidé Romain Molina pour nous aider à enfin jouir les bienfaits d’une FHF travaillant dans la transparence.

Merci Romain Molina !

Les citoyens, les jeunes, les journalistes doivent suivre l’exemple de cet homme qui a lutté pour faire triompher la vérité.

Seide Putnam LOUS-JEAN
putnamlouisjean@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.