Réemergence de la gale en Haïti, faut-il paniquer ou pas ?

Des cas de sarcoptoses ont été observés durant ce mois de janvier dans les périphéries du département de l’Ouest, créant ainsi de grosses inquiétudes chez certains avant-gardistes qui craignent une éventuelle épidémie. D’après les informations parvenues à la rédaction de Le Courrier de la Nation, la gale existait toujours en Haïti là où l’hygiène corporelle est négligée.

Photo circulant sur les réseaux sociaux

La gale ou scabiose est une maladie de la peau très contagieuse souvent accompagnée en cas de gravité de forte démangeaison. Elle est causée par un parasite acarien, le sarcopte scabiei. Cette maladie a traversé le temps et a été un vrai fléau pour les familles haïtiennes dans les zones où la pénurie d’eau se fait sentir.

Le Ministère de la santé publique et de la population a effecté dans chaque arrondissement sanitaire et hôpitaux de référence un officier de surveillance épidémiologique (OSE), capable d’alerter la Direction d’Épidémiologie de la Laboratoire et Recherche (DELR) en cas de nouvelles épisodes de maladie à caractère épidémique.

Selon une source de la direction susmentionnée et des récentes discussions eues avec un cadre du ministère de la santé publique, aucune décision n’a encore été prise pour déclarer une épidémie de gale dans les communes touchées (Carrefour, Petit Goave, La Gonave et Pétion-Ville) par la maladie.

La priorité du ministère, serait-elle portée sur le coronavirus oubliant du même coup les autres pathologies qui peuvent nuire à la santé de la population ? Si oui pourquoi le ministère aurait une préférence pour le coronavirus, y-a-t-il vraiment une raison valable. Autant de questions qui méritent d’être posées pour encourager les autorités à anticiper le problème si l’urgence le demande avant qui ne fasse trop tard.

En entendant que les autorités prennent des décisions y relatives, la maladie est bien réelle dans les zones précitées et les familles doivent y faire face, comment ? La rédaction de Le Courrier de la Nation vous communique la réponse dès qu’on saura davantage sur l’évolution de la maladie et les décisions qui en découlent.

Seide Putnam LOUS-JEAN
putnamlouisjean@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.