Le MOPOD rend hommage à Anthony Barbier

Le monde politique haïtien pleure la disparition du sociologue Anthony Barbier. Le MOPOD a, lui aussi rendu hommage à cet homme qui a été un proche collaborateur.

Jean André VICTOR, Coordonnateur National du MOPOD a, dans cette note datée du 30 janvier 2020, salué le départ du sociologue et présenté ses sincères condoléances.

Le MOPOD vient d’apprendre la triste nouvelle de la mort inattendue du Professeur Anthony Barbier qui a eu à collaborer de très près avec cette institution soit comme membre à part entière, soit comme allié et sympathisant notoire. C’est donc avec beaucoup d’émotion que le MOPOD s’incline bien bas pour dire adieu à celui qui fut un patriote conséquent, un militant politique hors pair, un universitaire de talent, et même un entrepreneur agricole.
Patriote conséquent, le citoyen qu’il fut n’a jamais raté une occasion pour faire valoir ses droits et assumer ses devoirs envers la république. La nation a perdu un fils, la république a perdu un soldat. Nul n’est digne d’être haïtien, s’il n’est bon père, bon fils, bon époux et surtout bon soldat, nous rappelle la Constitution Impériale de 1805.
Militant politique, il a laissé ses empreintes au MOPOD où il a rendu des services remarquables qui honorent, aujourd’hui, sa mémoire. De son calme olympien, souvent mal compris, il a su tirer les ressources nécessaires pour se rendre utile au bon moment et au bon endroit.
Universitaire, il n’a pas marchandé son concours pour faire la relecture du texte de Jean André VICTOR, intitulé « Le poids des houngans dans la Vallée de l’Artibonite », lorsqu’il faisait partie du corps professoral de la Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire, dans les années 1980.
Entrepreneur agricole, on le voyait encore au volant d’un véhicule rempli d’ananas, sillonnant les rues encombrées d’une capitale marquée par les décombres et les séquelles d’un séisme dévastateur, pour distribuer aux uns et aux autres ce que le pays garde encore de biodiversité dans la filière de production des fruits et légumes.
Emu, le MOPOD est fortement secoué par son départ précipité. Comme ce fut le cas pour Judie C. Roy et Turneb Delpé, l’institution pleure, aujourd’hui, un fils disparu. Comme Moïse, Anthony Barbier ne rentrera pas dans la terre promise. Mais, ce n’est que partie remise.
Au nom de tous ses membres, de ses militants et de ses amis, le MOPOD présente ses sincères condoléances à sa vaillante épouse et ses sympathies à toute la famille éplorée.

La Rédaction du journal, Le Courrier de la Nation, salue le départ de ce grand homme et présente ses sincères condoléances à la famille et toutes personnes affectées par sa disparition.

Abigaelle PIERRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.