Me Monferrier Dorval est toujours en danger selon Maître Marie Suzie Legros Bâtonnière du Barreau de Port-au-Prince

Maître Monferrier Dorval, feu bâtonnier du barreau de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, est encore exposé à un risque. Cinq mois après son assassinat, le Conseil de l’Ordre des Avocats du Barreau de Port-au-Prince invite chaque acteur de la société à mettre fin au danger qu’il court.

Crédit Photo : Constant Haïti

Me Monferrier Dorval a été assassiné en sa résidence privée le 28 août 2020. Ce crime commis sur la personne du Bâtonnier en fonction du Conseil de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince non loin de la résidence du Président de la République a suscité beaucoup de réactions tant en Haïti qu’à l’étranger. Cinq mois plus tard, malgré l’enquête est au point mort malgré les nombreuses demandes et interventions de structures organisées.

 » Le bâtonnier Dorval a eu la mesure de rétorsion physique la plus lourde, il a été assassiné. Malgré cet assassinat on en a pas fini avec lui. Et nous citons: la scène du crime a été violée, les policiers envoyés par la DCPJ au Parquet du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince ont été libérés, des pièces à conviction ont été retirées du dossier, le juge instructeur en charge du dossier a demandé des moyens pour mener à bien son enquête, la requête est restée lettre morte, le Barreau de Port-au-Prince a écrit au CSPJ pour appuyer la demande du juge instructeur sans succès, la Fédération des Barreaux d’Haïti a également appuyé la demande du juge instructeur sans succès, l’Office de Protection du Citoyen a également demandé d’assurer la protection du juge instructeur sans succès. La CIB, la Fédération des Barreaux d’Haïti, le Barreau de Port-au-Prince, l’Office de Protection du Citoyen ont sollicité du Président de la République la création de la Commission internationale indépendante pour faire la lumière sur le dossier du bâtonnier Monferrier Dorval sans réponse. Je dois vous dire que ce serait pas la première fois que ça se fait en Haïti que des experts étrangers aident à l’analyse des pièces, à la recherche de preuve dans un dossier pénal haïtien. Le Président a affirmé sur les ondes de la Radio Métropole qu’il a eu connaissance de la lettre sur les réseaux sociaux est-ce là une raison de ne pas adresser de réponse aux différentes instances qui lui ont adressé cette requête de création de commission indépendante. Le juge instructeur a été agressé et il y a deux weekends de ça, le juge a été appelé au téléphone en pleine nuit. Motif : il doit se déplacer, on va venir l’assassiner de même que sa famille. Les rumeurs vont bon train. Le juge a remis le dossier. Le juge est parti pour l’étranger. Maître Monferrier Dorval est toujours en danger  » relate Maître Marie Suzie Legros Bâtonnière du Barreau de Port-au-Prince.

L’enquête avançait pourtant dans le bon sens. Quatre des individus que le Bureau des affaires criminelles (BAC) avait identifié comme les auteurs de l’assassinat de Maître Monferrier Dorval ont été déférés en état par-devant la justice. Un cinquième individu recherché dans le cadre dudit dossier a été appréhendé par les forces en début d’année. Le juge instructeur manifestait sa volonté de faire lumière sur le dossier. Mais une main obscure s’est acharnée contre la bonne marche du dossier. Sans qu’il y ait de signe d’effraction, des individus ont fait irruption dans le greffe du tribunal de première instance de Port-au-Prince dans la nuit du 19 octobre 2020 et ont emporté des documents liés à l’enquête sur l’assassinat de Me Dorval. Malgré les nombreuses demandes du Juge chargé du dossier, les moyens adéquats pour mener à bien l’enquête ne lui ont pas été attribué. Résultat, craignant pour sa sécurité, il a remis le dossier et laissé le pays. Il avait pourtant pris de bonnes initiatives.

 » Le juge a cité conformément à la loi, le Premier Ministre à comparaître c’était le 15 malgré l’autorisation du Président, il a reporté. Donc autant de faits qui prouvent que, qui empêchent à l’enquête d’avancer  » s’est plaint la Bâtonnière.

Le Conseil de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince a le dossier de leur ancien Bâtonnier dans leur viseur. Ils entendent garder le dossier en vie jusqu’à ce que justice soit rendue.

Présent à la conférence réalisée le 25 janvier dernier, cinq mois après l’assassinat de Maître Dorval, Maître Patrick Pierre Louis, membre du conseil est lui aussi intervenu sur l’évolution du dossier tout en mettant l’accent sur l’attitude des autorités.

 » Cinq mois après l’assassinat brutal du Bâtonnier Monferrier Dorval, le Président de la République a manifestement ignoré les demandes persistantes de la Fédération des Barreaux d’Haïti pour la mise en place d’une commission d’enquête internationale. Le Ministre de la Justice est resté obstinément sourd à la requête du Conseil de l’Ordre des Avocats du Barreau de Port-au-Prince de recourir à l’enquête judiciaire qui figure pourtant au titre des compétences qui relèvent de sa fonction. L’inertie de ces hautes autorités est de plus en plus troublante mais ce qui inquiète davantage en espèce c’est la situation du Juge d’instruction chargé de l’affaire car jusqu’à ce jour sa volonté de poursuivre l’instruction n’a pas fléchi. Surgissent alors des questions lancinantes. Quelle est l’origine de ces menaces de plus en plus lourdes qui pèsent sur sa personne après que son véhicule de service ait essuyé deux mois auparavant des tirs qui auraient pu lui être fatale? Pourquoi lui refuse-t-on un dispositif de sécurité à la hauteur de cette enquête ? Peut-on comprendre qu’un juge d’instruction traitant ce cas emblématique ne dispose point de la logistique appropriée? Comme si la férocité et la barbarie de l’acte posé le 28 août 2020 ne retenaient pas l’attention des autorités publiques. Comme si la violence symbolique de ce crime de lèse bâtonnier continue d’exercer sur la justice n’interpellait pas la conscience et la responsabilité de ces hommes d’État. Le Conseil de l’Ordre des Avocats du Barreau de Port-au-Prince rappelle à la société toute entière que l’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval n’est pas seulement un épisode de plus dans un climat organisé d’insécurité. Il constitue une attaque directe contre les efforts pour construire un véritable État de droit en Haïti  » a-t-il martelé.

Conscients du danger que court Maître Dorval, les membres du conseil de l’Ordre des Avocats de Port-au-Prince ont mis en ligne une pétition adressée au Président Jovenel Moïse, de concert avec Avocats sans frontières Canada, la conférence internationale des Barreaux et d’autres organisations.  » Le bâtonnier Dorval court un autre danger, celui que son dossier soit oublié dans un tiroir du tribunal. D’ailleurs ses assassins y travaillent. Nous avons lancé une pétition conjointement avec Avocats sans frontières Canada. Nous vous demandons de signer cette pétition Avocats, Magistrats, Greffiers, Huissiers, clients, quelque soit votre statut, élèves, étudiants, tous les haïtiens doivent signer cette pétition afin que Me Dorval puisse avoir justice, afin que nous parvenions à trouver ce que nous demandons pour Maître Dorval pour que la lumière soit faite sur son assassinat  » a lancé Maître Marie Suzie Legros.

Ladite pétition est accessible au lien suivant https://www.change.org/p/m-jovenel-mo%C3%AFse-nous-r%C3%A9clamons-justice-pour-le-b%C3%A2tonnier-monfferrier-dorval?recruiter=1132526556&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_message&recruited_by_id=54c65cb0-c8a0-11ea-9ffa-4d27668a373f&utm_content=fht-26459579-fr-fr%3A3. La Rédaction du journal Le Courrier de la Nation invite tous les citoyens à signer ladite pétition et la diffuser.

Stevens JEAN FRANÇOIS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.