Haïti Politique: Jovenel Moïse minimise l’exploit de Moïse, et traverse la mer rouge.

Il va sans dire que Jovenel Moïse est cette vedette aristocrate , avare, qui ne jure que par les petites choses bien planifiées, pour se vanter gloire et mérite titanesques, peu importent les circonstances. Oui avare et aristocrate, et s’il était footballeur il serait le Messi noir flanqué de son dossard 10, dans son ego surdimensionné, trop sûr de lui. N’en déplaise aux tifosi du prodige Argentin, mais tout le monde est au courant que ce dernier a l’ego plus gros que son immense talent de buteur de race, comme un vrai pur-sang.

Mais au moins, en dépit de ne s’être pas encore offert la Coupe du Monde, Messi a déjà conquis des titres presqu’aussi prestigieux, ou tout autant, et l’on énumère: Ligue des Champions, Ballon d’or, Coupe du Monde des Clubs. Jovenel quant à lui, quel pari a-t-il déjà gagné parmi cette kyrielle de promesses qu’il n’a point de cesse de renouveler, de ruminer à chaque occasion? Sinon que quelques parties de provocation pour alimenter la polémique pouvoir/opposition, et se vanter un regain fictif de popularité. Par ailleurs, aux yeux d’une certaine frange ces provocations tant en paroles qu’en actes traduisent sa ferme velléité dictatoriale, totalitaire.

Hier, après l’insolite carnaval organisé à Port-de-Paix en pleine période pandémique du Covid-19, en début de soirée, Jovenel Moïse ne s’était pas contenté de regagner ce Port-au-Prince malade, chauffé par quelques mouvements de protestations jusque-là sans conséquences graves quant à l’ébranlement du pouvoir. Il a eu la délirante idée de marcher, en triomphateur, dans les rues des Gonaïves, action responsive aux propos de ses opposants qui le mettaient au défi de passer par Gonaïves dans son itinéraire vers la Capitale. L’Opposition une fois de plus n’a pas été à la hauteur des menaces qu’elle prétendait infliger au président, et a du faire profil bas. Mais, si Jovenel est capable de marcher aux Gonaïves, pourquoi n’est-il jamais venu célébrer la fête de l’indépendance dans l’enceinte de ladite ville? Si Jovenel est si populaire, pourquoi un sur-renforcement de sa sécurité rien que pour marcher quelques minutes dans une ville que, par son comportement populiste, il prétend être sienne?

Satisfait, et comme s’il avait marché entre les gouffres houleuses de la Mer Rouge, le président MOÏSE a tweeté sa satisfaction: « J’ai traversé, à pied, le centre-ville des Gonaïves, sous les ovations d’une foule impressionnante. Ceci a donné lieu à des scènes de liesse populaire hors du commun… » pour illustrer son infaillible popularité. « Une véritable communion des cœurs et des esprits autour des idéaux de paix, de cohésion que j’ai toujours prônés. » a-t-il conclu dans ce tweet, comme pour se flatter lui-même, se décerner un satisfecit pour tant d’œuvres utiles accomplies, et d’avoir aplani cet obstacle imminent. Mais que de la satisfaction personnelle pour plaire à ses propres fantaisies, ses fantasmes creux, sublimés de prétentions, conçus rien que pour tourner l’Opposition en dérision, et rien de bénéfique à la République. Cette opposition en perte d’inspiration, qui pour l’instant, ne peut espérer que miracle (sinon un revirement de la situation) en renfort à sa faiblesse obstacle aux fins escomptées par les persistantes revendications et mobilisations.

Et oui, le président MOÏSE a marché aux Gonaïves, cette ville qui a failli être une MER ROUGE d’une effusion de sang si les opposants osaient se gratter face à ce Commando aguerri et téméraire qui n’accompagnait pas le cortège présidentiel pour une simple partie de plaisir. Au moindre geste ou slogan indésirable, on aurait pu entendre vlèk nan dan yo.

Étienne De Saint-Exil
etiennedesaintexil@gmail.com

+509 4376 4366

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.