Pourquoi Monsieur Jovenel Moïse est-il encore au Palais National ? (7ème et dernière partie)

Jean André Victor, 9 mars 2021

Le séjour prolongé de M. Jovenel Moïse au palais national, après le 7 février 2021, s’explique également par l’existence d’une conspiration bipartite dont les conjurés se trouvent des deux côtés de la frontière haïtiano-dominicaine. Le complot séculaire qui repose, depuis 1804, sur l’exploitation de l’homme haïtien par l’homme haïtien s’est aggravé au 20ème siècle avec la complicité des racistes dominicains. Ainsi, une accumulation de capital va se produire en République Dominicaine (RD) au détriment de la République d’Haïti (RH), pour maintenir au pouvoir ceux qui se taisent, côté haïtien et ceux qui font du bruit, côté dominicain. L’oppression systématique du paysan haïtien sera le combustible qui alimentera la corruption binationale. En quoi consiste un tel complot ?

Crédit Photo : Haïti Libre

En effet, le pouvoir illégal des élites a enfanté un pacte secret qui s’est déroulé en trois étapes. Dans un premier temps, les paysans haïtiens se font braceros et colonisent les bateys dominicains, sous couvert d’un contrat interétatique dont la teneur est ignorée des coupeurs de canne qui vendent leur force de travail en territoire dominicain. La RH livre alors des sans papier à la RD qui en fait des apatrides. Ce contrat de la honte produira en RD, le sucre amer dont on a tant parlé et en RH, l’alcool frelaté dont les dégâts ont été vite oubliés. L’Haïtien ne peut être respecté ailleurs s’il n’est pas respecté chez lui.

Dans un deuxième temps, le boom touristique de la RD attire non seulement des domestiques et des garçons d’ascenseur, mais aussi des ouvriers qualifiés notamment dans le secteur de la construction. Cependant, ils n’auront ni contrat ni passeport ni cédula. Ils fuient la misère, ils rencontrent l’indignité. Sans papier et sans domicile fixe, ils sont rapatriés de la RD qui retient le peu de biens matériels qu’ils ont accumulés durant leur existence de forçat. Les corrompus haïtiens et dominicains ont profité, outre mesure, des fonds Petro Caribe mais n’ont pas fait grand-chose pour freiner, à la source, l’immigration clandestine en provenance de la RH. Pour se protéger, la RD parle même de construire un mur le long de la frontière, sans avoir préalablement dénoncé les accords bilatéraux qui lient les deux Etats. Qui convoquera, pour de plus amples informations, l’ambassadeur dominicain accrédité en Haïti ?

Au troisième moment de cette valse à trois temps, arrive en RD, une nouvelle catégorie d’haïtiens munie de passeport et de visas chèrement payés. Ce sont les étudiants et les hommes d’affaires, toutes affaires confondues. Les premiers recherchent le pain de l’instruction qu’ils ne trouvent pas chez eux tandis que les seconds cherchent un asile pour mettre à l’abri l’argent sale et les dollars de la honte. Leader incontesté de l’île Quisqueya qui n’est plus l’île d’Haïti, la RD a donc reçu de la RH, des bras, des cerveaux et des capitaux sans aucune contrepartie ou presque. Honte et Madichon aux responsables haïtiens qui ont trainé l’honneur national dans la boue !

Ceux qui sont familiers de la théorie de l’effondrement savent bien qu’un voisin hostile est le pire des cadeaux que la géographie puisse offrir à un peuple démuni. Il est temps de donner un grand coup de fouet à l’orgueil national et de créer le front de la liberté et de la dignité pour remettre les pendules à l’heure. Il suffit d’arrêter de se considérer comme des macoutes et des lavalassiens, des noirs et des mulâtres, pour redevenir des Haïtiens à part entière. Il suffit de dire la vérité aux uns et aux autres, pour que le soleil qui se lève à l’Est continue de briller à l’Ouest, l’espace d’un fuseau horaire.

Des deux côtés de la frontière, les hommes politiques manipulent l’opinion et font tout pour diviser les fils de Dessalines et les enfants de Duarte. Le bonheur des deux peuples est fonction de l’importance de l’investissement conjoint dans le domaine des technologies de pointe tandis que le salut de l’île entière commande la fin de l’oppression du peuple haïtien au profit du peuple dominicain. Le devoir patriotique de tout nouveau Chef d’Etat haïtien est alors d’arrêter, sans délai, le massacre du paysan haïtien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.