Haïti | Insécurité: Des agents de la PNH tués au Village de Dieu… Et alors?

Ils se sont faits prendre comme des bleus, après l’opération échouée ayant coûté la vie à plusieurs policiers de l’UDMO, il y a environ trois ans, dans l’enceinte du Collège Maranatha à Grand Ravine, une autre opération policière bute sur un adversaire redoutable, et la PNH mise k.o.

Dans les affrontements armés, n’importe quoi peut surgir, les victimes ne sont pas connues d’avance, mais ce qui intrigue et fait mal dans tout ça, c’est le flou et la manière tragique dont est survenue la mort de ces policiers pour la plupart agents du SWAT, vendredi dernier au cours de la journée.

Et plus de 72 heures plus tard, quelle attitude, quelle mesure ont été adoptées par les plus hautes autorités policières et de l’État, sinon qu’offrir trois journées dites de deuil national, et mentir à la République? Ils savent qu’ils ont menti sur les chiffres, ou du moins ils savent qu’ils ont donné un bilan au rabais où les chiffres mentent quant au nombre de policiers victimes dans cette intervention à l’odeur d’une tuerie, on ne sait par qui, planifiée, mais sans brio aucun, puisque des lieues à la ronde tout le monde sent l’odeur, et doute.

Mais le pire dans tout ça, personne n’est responsable de l’échec de l’opération, pourtant de nombreuses zones d’ombres planent dessus, et c’est devenu une sérieuse habitude. Les mêmes bévues commises à Grand Ravine, ont été répétées le vendredi 12 mars, avec plus de platitudes, plus petitesses.

Oui la PNH est désormais une petite institution, avec une petite unité d’élites (GIPNH/SWAT) de rien du tout, tant que l’État et les plus hautes autorités policières et judiciaires n’osent pas être grandes, et à la hauteur de leurs prérogatives. Oui une petite institution par le seul et unique fait qu’elle n’apprend pas de ses erreurs, et ne grandit pas. Une petite institution avec des tonnes de muscles, de fougues, mais quant aux cervelles, cela laisse à désirer.

En fait, il n’y a pas eu d’Opératon à Village de Dieu, ce qui s’est passé est tout autre chose. Ce qui s’est passé à Village de Dieu est tout, sauf une opération. Car une opération n’est pas une partie de plaisir, ce n’est pas une balade récréative, elle se prépare. Et sa préparation exige entre autres: compétences, (briefing/stimulation), matériels, techniques… Personne ne peut nous dire ce qui s’est réellement passé là-bas, ou du moins ils ne veulent pas, pour ne pas se salir (montrer leurs salissures au grand jour), ou s’humilier, car des choses pas nettes ont produit ce carnage emportant plusieurs agents de la PNH. On évite de donner des chiffres, car ils mentent.

Entre temps, l’audition de l’Inspecteur Général Carl Henry Boucher, ce mardi 16 mars 2021 par les investigateurs de l’IGPNH, l’un des plus puissants hauts gradés de la PNH, et pressenti à la Direction Générale de l’institution, ne fait qu’agrandir le doute, alimenter la suspicion, et épaissir le flou enveloppant le carnage. Pourquoi le mettrait-on en isolement? Est-ce le véritable ou le seul coupable? Cherche-t-on un bouc émissaire ou faire diversion?

Mais, dans tout ce gribouillage, une chose est sûre, ils sont morts pour rien, même pas pour plaire au Diable. Oui ils sont morts, mutilés, jetés en pâtures… Et alors? La République s’en moque, même pas un «faire semblant», la PNH a trop de passifs (dit-on), puis d’autres mourront jusqu’à ce que cette pratique soit sublimée.

Ils sont morts! Et alors? Ce sont juste des policiers, on n’osera pas remuer la République pour si peu. Et la vie continue, tout comme la mort.

Hmmmmmmmm…

Étienne De Saint-Exil
etiennedesaintexil@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.