Fantômes509 face aux Grands Saints de la République

Depuis l’avènement de Jovenel Moïse au pouvoir, la PNH connait un tournant bouillonnant, sarcastique, où les revendications s’accentuent de plus en plus, non sans certaines conséquences. Pas besoin d’user de mon talent de dessinateur né pour vous faire un dessin afin de comprendre que la PNH est regorgée de frustrations, d’insatisfacions, depuis un quart de siècle.

Crédit Photo : HPN

On ne sait quelle goûte d’eau a fait renverser le vase plein de vases (fém. plur.), et d’algues, cependant les frustrations ont toujours été, et vu les balises controversées des règlements internes de la PNH, les velléités de porter les complaintes au grand jour par l’entremise d’une organisation issue de la matrice de l’institution ou d’un syndicat, n’avaient point de cesse de mijoter en dessous, même si quelques fois des agents ont tenté des actions revendicatives isolées, au péril de leur job.

Entretemps, l’incapacité des dirigeants d’anticiper sur les conséquences qui pourraient survenir suite à la vague tenace que portaient Yanick Joseph et consorts pour établir un Syndicat au sein de la PNH, a insufflé inconsciemment l’émergence du groupe Fantômes509 comme résistance. Résistance face à un Haut commandement sans inspiration, et trop conservateur, sous prétexte qu’il ne fait qu’appliquer ce qu’ordonnent les règlements. Oui, l’incapacité des dirigeants à comprendre le momentum, adresser les problèmes de la PNH avec intelligence, projection et volonté de préserver cet acquis dont elle est l’icône, nous a amené à ce carrefour complexe oint d’une contagieuse perplexité. Depuis deux ans environ, ce regroupement d’hommes encagoulés se réclamant de la PNH fait peur et a la crapuleuse tendance de tout ravager sur son passage: le chaos presque. Peut-être ont-ils opté pour l’incommode pratique de guérir le mal par le mal, ou juste de faire pression quand il le faut bien. Ils font peur, ce sont des hors la loi. Mais le paradoxe dans tout ça c’est que le peuple les accompagne, ou du moins la population manifestante contre les dérives de l’État. Est-ce une organisation? Est-ce un corps? Qui les dirige vraiment? Ont-ils un commandement? J’en doute. Car les Fantômes ne sont pas organisés à proprement parler, et aucune inscription n’est exigée. Mais ce qui est sûr, si les cagoules pouvaient tomber, on verrait des policiers en fonction et des anciens, tous unis par le cordon ombilical d’une frustration plus grande qu’eux, et leur sentiment d’appartenance n’en parlons pas. Ils n’ont pas un cahier de doléances bien détaillé, mais ils ont toute une liste d’insatisfactions qu’ils claironnent. Si l’on peut taxer leurs modes opératoires de tous les qualificatifs indésirables, néanmoins leurs revendications, ne sont-elles pas légitimes?

Il faut combattre la violence, cette insécurité qui nous engourdit, peu importe leur source. La République en a besoin. Mais l’État semble avoir des préférences, entre les groupes armés qui font peur, l’écart se creuse quant aux dénonciations des organes officielles et la volonté ferme de démantèlement. Et c’est encore plus dangereux, plus fatal. Jamais l’État n’a fait montre d’une telle dépense d’énergie et de promptitude à émettre coup sur coup, avis de recherche et mandats d’amener à l’encontre du Groupe G9, des bandits connus, notoires, que l’opinion publique accuse de tous les rapts perpétrés dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Portent-ils des revendications? Ont-ils des dénonciations légitimes? J’en doute! Tout ce qu’on sait à part qu’ils sont une fédération de gangs, c’est qu’ils sont pro-pouvoir, matent tous les mouvements de protestation anti-gouvernementaux dans les zones qu’ils contrôlent, leurs tanières. Et récemment, le Chef du Gouvernement a même parodié leur slogan pour parler de l’État. Si le Groupe Fantômes 509 n’a ni commandement connu, ni territoire, les sbires du G9 en Famille et Alliés eux, ne se cachent pas, ils ont des noms, des chefs, et dirigent leur Haïti dans l’Haïti: des aires de non-droit où ils contrôlent tout, définissent tout.

Tous deux ( Fantômes 509 / G9 et Alliés ) sont les résultantes des causes profondes et complexes ayant une galerie ouverte sur la politique, et l’irresponsabilité de ceux qui, par prérogatives, devraient être Responsables.

Les Fantômes 509 ne sont pas des plantes sauvages, c’est-à-dire un accident de l’histoire, mais le fruit de la semence de tous les manquements, toutes les injustices et frustrations internes de la PNH pour les placarder en pleine figure de nos saints salauds.

Tant que la Police Nationale d’Haïti reste politisée, enguenillée, frustrée, des groupes dissidents comme les Fantômes surgiront toujours, tôt ou tard, pour hanter la réalité de nos dirigeants intouchables!

Au-delà des faits, des violences palpables secouant le quotidien de la population haïtienne, il faut surtout considérer le contexte et les causes afin de mieux courtiser les bonnes décisions, et parvenir aux solutions réfléchies et durables. Et que les mesures ne soient demies pour certains, et plus qu’entières pour d’autres!

Tous ont péché… Mais les Fantômes 509, sont-ils face aux Saints bò katedral de la République?

Étienne De Saint-Exil
etiennedesaintexil@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.