Haïti | Culture| «Pran Devan»: Valancie Étienne nous propose une hymne à la protection.

Ici en Haïti, on est en mode double-fête, puisqu’en plus qu’aujourd’hui 3 Avril est samedi de l’eau bénite (la veille pascale), c’est aussi la Journée Nationale de la Femme Haïtienne. Le «Pourquoi» de la consécration d’une telle journée serait une interrogation vide, nulle, voire absurde si l’on en croit aux généreuses et braves contributions de la femme haïtienne dans les différentes étapes de notre histoire controversée, et parfois qu’on pourrait même presque taxer «d’insolites», tant que certaines de ses étapes témoignent d’une irréalité flagrante, comme par exemple notre long cheminement vers l’indépendance. Parcours jalonné de prouesses féminines qu’en vain plus d’un tentent d’étouffer, ou d’ignorer.

Et l’on dirait que les prouesses féminines n’auront point de cesse de nous surprendre. Elles sont souvent des pionnières, des âmes fortes, qui maitrisent la réalité, notre réalité, et elles se donnent entière à la motivation.

En fait, une autre pionnière nous est tombée dessus, comme s’il n’existait pas d’autre artiste pour y penser. La jeune chanteuse haïtienne, Vanlancie Étienne, est celle-là. Après avoir été sacrée deuxième au Concours Noël 2018 sur Télé Caraïbes, elle n’avait pas chômé, quoi que dans l’ombre avec toute cette somme immense de talent, de projets, et de rêves. Entretemps elle nous avait gratifié de «How i feel» en 2019, Le remix «SIDA» en 2020 et le cover «Noël à Jérusalem», sans compter la chanson «Yawhe» qui l’avait lancée en 2017, et ses différentes performances live dans les soirées de la tournée été 2019 du fameux groupe musical KLASS, mené par le célèbre batteur maestro Richie (Richard Jean Hérard).

Revenons un peu… En quoi Valancie Étienne est-elle pionnière? Quel est donc son exploit? On va comprendre. En ces temps difficiles que traverse notre chère Haïti, le fléau du kidnapping, massacres, crimes en veux-tu en voilà, aucun chanteur n’a osé demander protection divine, puisque nos dirigeants ne nous garantissent rien. Alors, à travers sa chanson «Pran Devan» en collaboration avec ISIMIC, elle nous offre une hymne à la protection, avec une petite touche de syncrétisme au beau milieu «…Bondye devan… Rele lèzanj priye lèsen…». Comme pour laisser à chacun sa liberté de prier son «D-dieu» sans discrimination aucune, ni jugement de foi. Pran Devan n’est pas une chanson évangélique, à coté de la quête de protection divine, c’est aussi une leçon de patience que la chanteuse veut nous inculquer dans cette vie chaotique qui ne demande que ça: «…Mwen nan blokis w ap klaksone… si w pi prese…Pran Devan». C’est une chanson consciente de la réalité haïtienne, et qui se responsabilise.

Dans un style un peu nuancé de rythme africain et haïtien, la native de Saint-Michel de l’Attalaye d’une voix sûre, talentueuse, mais dénuée de toute prétention, nous chante «Pran Devan» en compagnie du chanteur ISIMIC parfait dans sa collaboration. Ça fait déjà trois semaines que la chanson tourne sur les différentes plateformes, et la vidéo c’est pour bientôt, très bientôt sur vos petits écrans.

Honneur à la femme haïtienne!

PRAN DEVAN 👇🏽 https://youtu.be/4oSgLkarJW0

Étienne De Saint-Exil
etiennedesaintexil@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.