Haïti | Kidnapping | Par les loas et tous les esprits, le Secteur vodou, serait-il immunisé?

Crédit Photo : AyiboPost

Tout le monde sait que le territoire d’Haïti est peuplé de gangs, bandes armées notoires, affirmées, les une plus cruelles que les autres. Tous font du mal au pays, à la quiétude qu’il faut à tout citoyen pour vaquer librement et sereinement à ses occupations et activités quotidiennes, professionnelles, ou simplement coutumières. Ces bandes terrorisant la population sont toutes cruelles, et à chacune sa touche personnelle, sa marque, c’est comme en cuisine où chaque chef a son ingrédient secret ou fétiche. Mais le kidnapping, pour être si bonne vache à lait semble être le dada de tous. Et cette dernière pratique semble être épidémique, voire endémique, en ce sens qu’elle a déjà touché presque toutes les sphères, les professionnels de tout acabit, policiers, étudiants, chômeurs, protestants, catholiques, médecins, commerçantes, musiciens, footballeurs, et tutti quanti; et cela dure depuis trop longtemps.

Moins de deux semaines, soit dix jours plus précisément, après l’enlèvement spectaculaire d’au moins trois chrétiens protestants, dont le Pasteur célébrant, au cours d’une veille de nuit diffusée en direct sur les Réseaux sociaux, à l’Église Adventiste de Diquini, à quelques kilomètres au Sud de Port-au-Prince, les bandits ont frappé ce dimanche matin 11 avril, cette fois-ci au nord de Port-au-Prince, dans la commune de la Croix-des-Bouquets. L’illustre Gang 400 Marozo aurait perpétré ce nouveau forfait. Encore le secteur religieux. Cette fois-ci c’est l’Église Catholique qui est frappée pour une énième fois, car isolément au moins une religieuse et un prêtre ont déjà été enlevés, mais ce nouveau rapt est plus lourd en bilan: pas moins de six personnes ont été enlevées à la fois, dont des religieuses et prêtres, alors qu’ils se rendaient à une célébration religieuse spéciale.

Dans ce cauchemar où chacun attend son tour, le Secteur du Vodou semble être le benjamin de la liste, ou qui mieux est, immunisé contre ce fléau s’abattant sur tout le territoire, presque sans distinction aucune. Hormis les hauts dignitaires de la Politique qui, jusqu’à preuve du contraire, sont intouchables, ou tirent bien leur épingle du jeu, les Vodouisants peuvent, sans risque de démentir, avoir trouvé la potion magique anti-kidnapping, et devraient, par réflexe de bons citoyens, la commercialiser pour en finir avec ce mal qui dure trop. Dans une telle éventualité, si elle est l’unique issue, reste à savoir si les fidèles et dirigeants des églises accepteraient de s’immuniser en ingurgitant cette fameuse potion made in vodou, et dire «Ayibobo!»

Étienne De Saint-Exil
etiennedesaintexil@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.