On ne peut vouloir une chose et son contraire en même temps

Jean André Victor, 28 /4/21

On ne peut pas proclamer que le mandat de M. Jovenel Moïse a pris fin le 7 février 2021 et soutenir en même temps qu’on peut conclure un accord politique avec lui, en tant que Président de la République. Tout comme en physique quantique, on ne peut pas déterminer la localisation et la vitesse d’un électron en même temps, en matière politique on ne peut pas agir dans le régime et sur le régime en même temps. Ou on est un révolutionnaire et on met la Loi-mère de côté, ou on fonctionne dans le régime et on fait respecter la Charte Fondamentale.

Crédit Photo : RFI

Argumenter que l’on est obligé de négocier le départ de M. Jovenel Moïse parce qu’il occupe encore le palais national est une contre-vérité, étant donné qu’il n’est pas question de négocier
un départ, mais il y a plutôt une obligation de libérer la Maison du Peuple. Soutenir le contraire serait admettre que ledit mandat n’est pas expiré. Cela s’appelle une contradiction performative. C’est le cas de la femme battue qui raconte, dans une publicité bien connue, que, hier, son mari l’avait définitivement tuée. On ne peut être mort et vivant en même temps.

De deux choses, l’une : ou le mandat de M. Jovenel Moïse est expiré ou il ne l’est pas. Ceux
qui veulent négocier avec lui doivent commencer par déclarer que son mandat n’a pas pris fin le 7 février 2021 et qu’ils s’étaient trompé en disant le contraire. Faute de faire une telle confession, il est permis de conclure qu’ils n’étaient pas sincères au moment de faire leur déclaration mensongère. Ou ils ont des menteurs, ou ils sont des imposteurs.

De fait, il y a deux façons d’accéder au pouvoir après le 7 février 2021 : ou on reçoit le pouvoir de M. Jovenel Moïse ou le pouvoir vient du peuple. Dans le premier cas, c’est le modèle de Jean Claude Duvalier qui a passé le pouvoir aux militaires ; dans le second cas, seul un pouvoir
de transition peut permettre au peuple de choisir son Premier Mandataire à travers des
élections libres et démocratiques.

On ne peut pas vouloir une chose et son contraire en même temps. En effet, on ne peut pas fomenter l’insécurité publique, que ce soit par action ou par omission, et inviter le peuple dans ses comices alors que ce dernier ne peut pas vaquer à ses occupations de survie. En interdisant la liberté de circuler, l’Administration Moïse a fermé la porte aux élections libres et démocratiques.

On ne peut vouloir une chose et son contraire en même temps. C’est le cas pour le slogan qui
veut qu’un Président élu doit remettre le pouvoir à un autre Président élu. On n’est plus dans ce cas de figure, puisque le Président occupe le palais national de fait et non de droit. Donc l’écharpe présidentielle va venir d’un Président de facto.et non d’un Président élu.

On ne peut vouloir une chose et son contraire en même temps. La chose, c’est la démocratie ;
le contraire de la chose, c’est la dictature. Démocratie et Dictature sont antinomiques. Tout Président qui renie son serment constitutionnel n’a aucune légitimité pour promulguer une nouvelle constitution. Dit autrement, le Président ne peut être de facto et de droit en même temps.

In fine, la chose, c’est Jovenel et son contraire, c’est Moïse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.